Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La 50taine assumée !

  • Dimanche soir...

    colbebe1a_1.jpgJe n'ai jamais aimé les dimanche soirs ! 
    Dimanche soir, ça veut dire fin du week-end... Chacun va être happé par sa vie durant cinq longs jours. Chacun remettra dès demain matin son chronomètre en marche pour grignoter des secondes et arriver à toute faire... Une course sans nom.
    Samedi, dimanche... On prend le temps. On improvise.
    "Tu veux passer prendre un café à 14h30 ? Pas plus tôt car on a déjeuné très tardivement aujourd'hui !"
    "A tout à l'heure ! On va faire une petite balade !"
    "Dispo pour un apéro ce soir ?"

    La parenthèse magique s'écroule, le dimanche soir. 

    Je  n'aime pas le goût amer de cette trêve qui prend fin.

    Demain, la maison sera à nouveau silencieuse toute la journée.
    J'aime le silence, certes.
    Mais je préfère les rires de mes juniors, la musique qui braille au-delà de leurs casques, mes "Oui, je crie car ils n'entendent rien avec leurs trucs sur les oreilles !"

    Dès demain matin, j'attendrai vendredi soir, quand Adododo et peut-être Grandado m'enverront un SMS "Mon train arrive à 19h50" ou "J'ai raté mon train, serai dans le prochain".
    Dès jeudi, avec Petite Chérie, nous nous interrogerons sur notre traditionnel "dîner de fête" du vendredi : "Pizzas et glaces ou patates à la sarladaise et gâteau ?" On ne fait pas dans le light le vendredi soir ! On fait dans le "on fait plaisir aux grands" !
    Et les yeux plein d'amour - mais pas trop béate tout de même !!! - je les verrai engloutir notre dîner et s'extasier "C'est cool ! Ça fait du bien une bonne bouffe à la maison !"

    Allez, hop ! Plus que 5 jours, et on recommence ! :)

  • Le pied en 3D !

    67aae8f2.jpg

    Un an de silence... Voire deux car je n'ai pas vraiment été bavarde sur ce petit blog depuis septembre 2014...

    Un peu beaucoup la tête sous l'eau... Un grand coup de pied dans ma vie pro, un beau bébé (ma petite boîte à moi), un soupçon d'organisation, un changement de look pour mon p'tit blog qui a plus de 10 ans, encore un peu de tri à faire dans les archives (c'est prévu mais chronophage et autant l'avouer je n'ai pas vraiment le temps de buller en ce moment !), un changement de nom (mais toujours la même url) et la ferme intention de vous casser les pieds avec mes coups de gueule et de partager avec vous mes coups de coeur : voilà la recette magique pour démarrer cette Cinquantaine assumée :)

    50 ans... Wouaouhhhhh... Je m'y fais ! Je vais même vous l'avouer : J'ADORE ! Nettement mieux que 40 balais, ces 50 ! 
    50 ans... 
    - pas encore trop explosée physiquement - encore que se remettre d'une soirée arrosée prend plus de temps qu'il y a 10 ans, mais il y a 10 ans, cela me prenait plus de temps que lorsque j'avais 20 ans... -, 
    - pas blasée car le monde et la vie ont encore de tonnes de choses à m'apprendre - mais faut pas rêver, je suis moins naïve (certains diront "niaise") qu'il y a 10 ans ! -,
    -  pas débordée par mes juniors car deux sur trois se sont envolés du nid... mais faut tout de même les suivre d'un œil (et même des deux !), les écouter, les encourager, les accompagner, tout en leur laissant leur liberté sans oublier de driver Petite Chérie qui patauge dans les joies de l'adolescence...
    - pas célib' car Cher et Tendre supporte mes idées délirantes avec zénitude et amour,
    - pas pessimiste car j'ai connu le gris foncé et décidé de ne voir que des arcs-en-ciel,
    - pas...
    50 ans ! Le pied en 3D ;)
    Alors c'est décidé : ce blog va vivre ! Je lui offre une seconde jeunesse !

  • Rien qu’une journée ! - Tribune

    Chaque année, c’est la même chose. Chaque année, durant 24 heures, on en entend parler. Beaucoup ! Même trop jusqu’à l’overdose. Le lendemain, le train-train reprend le dessus et les femmes retombent aux oubliettes ou presque !


    Certes, la Journée internationale de la Femme permet de mettre le phare sur les difficultés quotidiennes des femmes des quatre coins du monde. Pas de parité pour l’accès à l’école primaire dans 40 % des pays (62 % quand il s’agit du secondaire). Tout près de chez nous, en Europe, pas de parité des salaires (elles étaient payées en moyenne 16,4% de moins que les hommes en 2013) ni dans l’accès aux postes à responsabilité. Etudes, économie, santé, violences, politique : la balance ne pèse pas en faveur des femmes, loin de là !

    Mais cette année, j’ai hurlé (de bonne heure et non de bonheur !) en écoutant la radio. Ce 8 mars 2015, une station consacrait la plupart de ses émissions aux femmes ! Soit 24 heures sur les 8 765,81277 heures que compte une année ! Je ne sais combien de fois j’ai entendu le mot femmes, en avalant mon thé matinal. Puis le pire arriva. J’entendis ces mots « Le Prix de la Femme Chef d'Entreprise » ! Pourquoi le pire ? Juste une question de logique : comment voulez-vous que l’on prétende vouloir accéder à la parité si on décerne des prix en faisant une différence entre UN et UNE chef d’entreprise ? En France nombreuses sont les femmes qui clament devoir faire deux fois plus preuves de compétences pour avoir la même reconnaissance qu’un homme. Lutter contre le « machisme économique et entrepreneurial » ne serait-il pas plus efficace si les femmes se prenaient pour des hommes et faisaient juste ce qu’elles ont à faire ?
    Pourtant, loin de moi l’idée de partir en croisade contre les pages roses et les pages bleues des catalogues de jouets : je suis persuadée que les couleurs des pages ne changeront rien mais que l'enjeu réside essentiellement dans l'éducation qu'hommes et femmes apportent à leurs enfants, aujourd'hui ! Chaque femme de demain se construit au sein de sa famille. Ulcérée, j’ai éteint la radio pour faire un gâteau avec l’un de mes fils, tandis que ma fille bricolait avec son papa.


    Karin Tourmente-Leroux 
    Secrétaire nationale à la Famille
     
    Tribune publiée dans la newsletter du Nouveau Centre en date du 9 mars 2015