Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pour un centre libre dans la majorité présidentielle

Tout est dit dans cette interview d'Hervé Morin, parue ce jour dans le Paris Normandie :

Vous avez rencontré Nicolas Sarkozy hier, en milieu de matinée. Quel a été le contenu de vos discussions ?
Hervé Morin :
« La teneur de nos discussions, c'est l'organisation d'une majorité présidentielle dans laquelle, aux côtés de l'UMP, il y aura une autre formation politique qui représentera le centre droit et à laquelle je souhaite appartenir».

Quelle est votre vision du destin de l'UDF ?
H.M. : « Elle n'existe plus en tant que telle dans la mesure où l'UDF penche à gauche et va finir à gauche parce qu'au soir du premier tour des élections législatives, sans qu'il ne l'ait dit avant aux électeurs, François Bayrou passera un accord avec le PS ».

Comment pouvez-vous en être sûr ? Bayrou a parlé d'une force politique indépendante ?
H.M. : « Pendant la présidentielle, François Bayrou a indiqué que l'adversaire à abattre c'était Nicolas Sarkozy. L'accord avec l'UMP est devenu impossible. L'arithmétique électorale fait que le Mouvement démocrate, pour se faire entendre à l’Assemblée nationale durant les cinq prochaines années, ne peut passer d'accord qu'avec le parti socialiste et je ne peux participer à une opération qui consiste, sans que ce soit clairement expliqué aux Français, à finir au second tour dans un accord avec le PS».

C'est son positionnement d'entre les deux tours qui vous a décidé vous et vos 21 collègues députés UDF à rompre avec François Bayrou ?
H.M. : « Nous avions demandé à François Bayrou au soir du premier tour de la présidentielle, qu'il nous dise, où il comptait nous emmener. Il ne nous a jamais apporté la moindre précision pendant l'entre deux-tours de la présidentielle. Nous avons découvert les choses, au fur et à mesure dans la presse ».

Comment l'expliquez-vous, vous qui êtes un de ses amis de longue date ?
H.M. : « C'est très difficile de passer d'un logiciel de premier tour à un logiciel de 2e tour, de rentrer dans une logique de second tour quand vous avez été si concentré sur ce premier tour avec en plus un très beau score. J'avais dit et beaucoup de parlementaires étaient sur la même ligne que nous souhaitions poser les conditions d'un accord de gouvernement en mettant les points essentiels de notre programme qui auraient permis de nous rendre utiles et constructifs pendant les cinq ans à venir et de faire en sorte que les 7 millions de personnes qui avaient voté pour nous soient entendues pendant cinq ans. François Bayrou ne nous a pas écoutés et ne nous a pas dit ce qu'il comptait faire. Jusqu'à sa dernière déclaration qui consistait en fait à dire qu'il soutenait Ségolène Royal en indiquant qu’il ne voterait pas Nicolas Sarkozy. »

Depuis plus de dix ans, vous étiez très lié avec François Bayrou. Au-delà de la politique, c'est la fin déchirante d'une amitié ?
H.M. : « Ca s'est fait dans les « larmes ». Je l'ai très mal vécu pendant dix jours et après, j'ai eu deux solutions : soit d'arrêter la politique soit de voir mon chemin et celui de François Bayrou se séparer. François a quitté le chemin de l’équilibre et du rassemblement de la gauche moderne et la droite modérée pour tourner à gauche. Cela n’est pas pour moi acceptable car je n’ai rien à faire avec la gauche antilibérale ou la partie du PS qui pense que tout se joue à gauche. ».

Commentaires

  • De la part de Monsieur MORIN, un centre LIBRE au sein de la majorité UMP me parait plus que douteux. Voir ce qu'on fait tous les Santini et autres UDF qui l'ont quitté avant la présidentielle : ILS SE SONT complètement FONDUS dans l'UMP. Où est leur liberté de parole ? Que vaut-elle d'ailleurs ?
    M. MORIN pense-t-il réellement que ce que l'UMP a fait avant les élections elle ne le fera pas APRES, il rêve pas possible ! UN président dela République, qui a TOUS les pouvoirs ne s'embarrasse pas de quelques UDF fussent-ils dans son CLAN.
    Le seul CENTRE libre est celui qu'ils n'auraient jamais dû quitter l'UDF/MD et le seul Homme libre reste François BAYROU.
    La gauche se déchire, les UMP s'arrachent les postes ministériels...et nous revoilà dans le Bipartisme éternel et ringard avec les mêmes têtes avides de pouvoir.... NS avait dit avant d'etre élu: je dis tout ce que je ferai AVANT. Et à présent il fait semblant de "prendre des nouveaux du PS et de l'ex-UDF" pour faire un gouvernement qui sera recomposé après les législatives il continue à faire du charme le bougre, son seul but étant de reprendre les 7 millions d'électeurs de François BAYROU. Mais nous ne sommes pas si bêtes....
    Vive François BAYROU.. Vive le Mouvement Democrate !

Les commentaires sont fermés.