Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Oui, je suis une grande gueule !

    Oui, je suis une grande gueule ! Oui, je hurle tout le temps ! Et j'assume...

    poisson.jpgQue le premier crétin qui me critique encore une fois à ce sujet aille... (la correction et la bienséance m'empêchent de terminer cette phrase qui vient pourtant du coeur !) !!!!!!!

    Pourquoi cette soudaine revendication ?

    J'ai nombre de fois entendu des "Tu gueules tout le temps", "Tu n'arrêtes pas de hurler après tes enfants"... Et bien la nuit dernière j'ai eu la preuve qu'entraîner mes cordes vocales à longueur d'année était pour le moins utile...

    Dormant le fenêtre de notre chambre ouverte - non à cause des chaleurs tropicales qui semblent avoir définitivement déserté notre belle Normandie, mais parce que c'est l'été, donc... on dort les fenêtres ouverts ! -, j'entends notre portail grincer (vive nos emplois du temps surchargés qui nous ont fait zapper l'huile sur les gonds de ce foutu portail). Puis des pas sur les graviers. Puis des bruits provenant de nos voitures qui dorment à la belle étoile. J'ouvre délicatement les volets. Et je crie comme une folle furieuse "Au voleur !", réveillant par là même Cher et Tendre au sommeil de plomb, et Choupinette qui pointe son nez en demandant "Maman, où sont les voleurs ? Où ?".

    Au son de ma douce voix, cinq énergumènes détalent comme des lapins. Ils avaient bien l'intention d'embarquer ma p'tite voiture et de visiter notre maison, comme ils l'ont fait quelques instants plus tôt chez des voisins - qui n'ont rien entendu (c'est à se demander si le sommeil du juste a du bon !!!).

    Forte de cette expérience, je peux désormais revendiquer en toute impunité appartenir à la caste des "gueuleuses comme une marchande de poisson" ou des "grandes gueules" !

    Allez, je vous dis tout... Mes monstres m'ont avoué cet après-midi : "Maman, en criant tu fais bien peur aux voleurs, mais... nous, quand tu cries, on n'a pas peur !"

    Et toute grande gueule que je suis, rétrospectivement, je vous l'avoue, j'ai franchement eu le trouillomètre à zéro... d'où sans doute le volume si intense... et ma gorge toujours en feu ce soir ;o))

  • Tout doucement...

  • Encourager la démocratie

    La tribu est calme en ce mardi soir... la menace de ne pas regarder "Némo" à la télé a du bon ("mère indigne"... j'assume !)...

    Ce soir, pendant que mes petits monstres dînaient je prêtais l'oreille à Europe 1.

    L'invité : Hervé Morin, en tant que ministre de la défense.
    Sujet du jour : son audition devant la commission des affaires étrangères et la remise ou non en question de la présence des forces françaises en Afghanistan.

    Je ne comprends pas que certains puissent s'interroger sur la nécessité de la présence des militaires français à Kaboul... Maintenir la paix, encourager la démocratie, lutter contre le terrorisme : voilà l'objectif de nos troupes.
    Pourquoi oser se poser donc la question ?
    Si l'on rejette cette nécessité, autant ne pas défendre l'idée d'un Tibet Libre, autant se taire quand les droits de l'Homme sont bafoués, autant se murer dans le silence quand Moscou ose reconnaitre l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud - décision "contraire aux principes d'indépendance, de souveraineté et d'intégrité territoriale de la Géorgie, reconnus par la Charte des Nations Unies, l'Acte final de la conférence sur la sécurité et la coopération en Europe et les Résolutions pertinentes du Conseil de sécurité" dixit la présidence française de l'Union européenne-,...

    Je me souviens d'un témoignage d'un homme engagé dans une association humanitaire française qui travaillait à Kaboul, il y a un peu moins de 20 ans. Face à moi, dans le confort d'un studio de la Maisonde la Radio, il me racontait ce qu'il avait vécu des mois durant, sous le joug des talibans, ce qu'enduraient femmes et fillettes, les menaces qui pesaient sur tout individu révant de liberté et de démocratie... Ambiance pesante et lourde. Techniciens et assistants se taisaient devant l'horreur. Je n'osais plus poser de questions.
    Certains devraient écouter cette émission (ce n'est pas possible car elle date trop...). Ils ne se poseraient alors plus de questions sur la nécessité de maintenir la paix en Afghanistan, et ce même si nous venons de perdre dix hommes dans ce pays qui a vécu des années de souffrances et de monstruosités.