Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Au revoir Madame

    Ce mardi 27 décembre 2011, j'ai pris le temps d'allumer la télévision. France 2. 5 minutes avant la fin du journal de 20h.
    Puis ces mots... "Une de nos consoeurs est décédée ce matin."
    Son visage. Ces images... Télématin... 1990
    Elle m'a tout appris. Elle a eu la patience de m'apprendre mon métier.
    Geneviève Moll est décédée ce mardi.
    Ce soir, une grande dame a emporté avec elle sa plume, son charisme, ses coups de gueule, sa passion du métier...
    Et ce soir, j'ai perdu ma Maman du journalisme.
    Je devais l'appeler. Je n'en ai pas pris le temps...
    Et ce soir, j'ai mal à l'âme.
    Au revoir Madame... On reparlera un jour de nos matinées enfumées, de votre regard sur notre monde étrange, de vos "ça, ça fera l'ouverture !" et de vos "ça c'est bien, mais ce n'est pas vendeur !", "tu recommences, si tu veux apprendre le métier, faut en baver... faut persévérer... tu y arriveras car tu es faites pour ça !".
    Merci Madame.

  • Plus fort que tout

    Elle ne l'avait pas écouté. Juste entendu, d'une toute petite oreille. Cela faisait des années qu'il lui disait qu'elle allait droit dans le mur.
    Un jour, il a crié plus fort. Plus fort que tout.
    Elle n'a pu jouer la carte de l'indifférence. Elle a du se plier à sa volonté... Elle a eu tout simplement peur.
    Ce corps, son corps ne supportait plus sa vie. Une vie qui ressemblait à une perpétuelle course contre la montre. Courrir après le temps. Pourquoi ? Pour tout faire. Tout réussir. Pour briguer la perfection. Etre capable de l'impossible. Etre coupable de son obstination. Avancer, foncer, toujours plus vite... sans l'écouter. Juste pour être ce que les autres attendaient d'elle...
    Un jour, il a crié plus fort. Plus fort que tout.
    Elle a du poser ses valises. Elle a du regarder autour d'elle. Derrière elle aussi. Se regarder dans un miroir.
    Etrange impression... Faire le point... Ellle avait tout simplement oublié de vivre.
    Vivre : cinq lettres qu'elle découvre. Cinq lettres qu'elle savoure.
    Feuilleter tranquillement un journal. Tricoter une écharpe. Ecouter les histoires de cour de récréation. Réapprendre Attila et les Huns. Oser débrancher le téléphone, juste pour se couper du monde...
    Vivre : cinq lettres magiques que l'on oublie trop souvent, happés par la vie.
    Elle, elle a eu une chance incroyable car... un jour, il a crié plus fort. Plus fort que tout.