Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Papa

Je n'ai pas écrit cette chanson, mais j'aurais aimé savoir le faire...
Mais ne vous inquiétez pas (ou plutôt : vous pouvez vous inquiéter grave...), cela fait 24 ans que je lui parle...
Il est là quand j'ouvre mes volets le matin...
Je lui dis "Bonjour !"
Je lui dis "Papa, je t'aime".
Il est là pour écouter mes coups de gueule et mes questions.
Je lui demande conseil...
Je sens sa main forte et carrée me soutenir et me rassurer.
J'entends sa voix calme et grave.
... Mais les bleus et la révolte contre l'injustice restent malgré ces années qui passent...
Je pensais qu'avec le temps... Mais le temps n'a rien fait... Bien au contraire...
Je vis avec son absence.
Je vis avec mes jolis souvenirs,... même celui d'une sacrée fessée qu'il avait réussie à partager entre moi et l'un de mes petits frères (un bel exercice de précision qui me fait sourire aujourd'hui).
Je vis avec ses petits-enfants qu'il n'aura jamais vus mais qui le connaissent si bien.
Je vis avec la Femme de sa vie, qu'il aimait passionnément comme on aime qu'une fois dans sa vie, avec la Femme avec laquelle il a donné vie à quatre petits bouts, devenus aujourd'hui à leur tour trois Hommes super biens dont il doit être sacrément fier et une nana au caractère bien trempé qui, là-haut, doit lui arracher un sourire en coin parfois ;) 
Je vis avec... mais trop sans.
Aujourd'hui, Papa, je voudrais te dire "MERCI".
Tout simplement Merci.
J'aurais tant aimé que tu m'apprennes encore et encore...
 
Et MERCI Maman. Pour tout. Et aussi pour nous avoir choisi un Papa topissime ;)...
 
Parler à mon père : 
"Je voudrais oublier le temps Pour un soupir,
pour un instant Une parenthèse après la course
Et partir où mon cœur me pousse.
Je voudrais retrouver mes traces
Où est ma vie, où est ma place
Et garder l’or de mon passé
Au chaud dans mon jardin secret.
 
Je voudrais passer l’océan
Croiser le vol d’un goéland
Penser à tout ce que j’ai vu
Ou bien aller vers l’inconnu.
Je voudrais décrocher la lune
Je voudrais même sauver la terre
Mais avant tout, Je voudrais parler à mon père, Parler à mon père.
 
Je voudrais choisir un bateau
Pas le plus grand ni le plus beau
Je le remplirais des images
Et des parfums de mes voyages.
Je voudrais freiner pour m’asseoir
Trouver au creux de ma mémoire
Les voix de ceux qui m’ont appris
Qu’il n’y a pas de rêve interdit.
 
Je voudrais trouver les couleurs
Du tableau que j’ai dans le cœur
De ce décor aux lignes pures
Où je vous vois, qui me rassure.
Je voudrais décrocher la lune
Je voudrais même sauver la terre
Mais avant tout, Je voudrais parler à mon père, Parler à mon père.
 
Je voudrais oublier le temps
Pour un soupir, pour un instant
Une parenthèse après la course
Et partir où mon cœur me pousse.
Je voudrais retrouver mes traces
Où est ma vie, où est ma place
Et garder l’or de mon passé
Au chaud dans mon jardin secret.
Je voudrais partir avec toi
Je voudrais rêver avec toi
Toujours chercher l’inaccessible, Toujours espérer l’impossible.
 
Je voudrais décrocher la lune
Et pourquoi pas sauver la terre
Mais avant tout, Je voudrais parler à mon père, Parler à mon père."
 
 
 

Les commentaires sont fermés.