Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2012 et avant - Page 4

  • Je ne sais pas.

    coeursableblog.jpgTrois mois de silence.
    Trois mois sans un mot sur mon blog.
    Est-ce à dire que les blogs se sont fait bouffer par les réseaux sociaux ?
    Est-ce à dire que je perds chaque jour un peu plus ma course contre le temps ?
    ...
    Je ne sais pas.
    Il est vrai que j'ai du courir, une vraie course de fond épuisante tout en essayant de garder le sourire.
    Pas envie d'écrire dans ces cas-là.
    Trop de noeuds, trop de questions sans réponses.
    Puis un jour, le bout du tunnel pointe son nez.
    Il est là... à portée de main !
    D'autres obstacles à surmonter... mais minimes, voire ridicules... car tous mes zamours vont bien !
    ...
    Je ne sais pas.
    Il est vrai qu'il est des moments où les "qui suis-je ? Dans quel état j'erre ?" s'imposent...
    Sans étalage, sans déballage.
    Ça s'appelle grandir ? Vieillir ? Devenir lucide ?
    ...
    Je ne sais pas.
    Ça s'appelle avoir un goût amer dans la bouche ?
    Faut-il en avoir le temps...
    De toutes façons, moi j'attends l'été...
    C'est demain !
    Le temps changera sans doute...
    Je prendrai alors le temps de savourer sans réfléchir, de croquer la vie à m'en gaver sans m'en dégouter, d'aimer toujours plus sans calculer...


  • Il n'y a pas de mots

    Un mercredi comme les autres... ou presque...
    Un joli soleil sur la Normandie.
    Un trio pétillant de sourires, de râleries, de fous rires,
    entre activités, cours, devoirs et goûter.

    Un mercredi... jour des enfants...

    Mais un mercredi pas tout à fait comme les autres.
    Un mercredi avec un grand frisson.
    Comme un vent glacial qui vous fait rentrer la tête,
    qui vous courbe le dos, qui vous donne la nausée...

    22 enfants décédés.
    Chaos.
    Et ce soir... cette chanson, trouvée par hasard :

  • Plus fort que tout

    Elle ne l'avait pas écouté. Juste entendu, d'une toute petite oreille. Cela faisait des années qu'il lui disait qu'elle allait droit dans le mur.
    Un jour, il a crié plus fort. Plus fort que tout.
    Elle n'a pu jouer la carte de l'indifférence. Elle a du se plier à sa volonté... Elle a eu tout simplement peur.
    Ce corps, son corps ne supportait plus sa vie. Une vie qui ressemblait à une perpétuelle course contre la montre. Courrir après le temps. Pourquoi ? Pour tout faire. Tout réussir. Pour briguer la perfection. Etre capable de l'impossible. Etre coupable de son obstination. Avancer, foncer, toujours plus vite... sans l'écouter. Juste pour être ce que les autres attendaient d'elle...
    Un jour, il a crié plus fort. Plus fort que tout.
    Elle a du poser ses valises. Elle a du regarder autour d'elle. Derrière elle aussi. Se regarder dans un miroir.
    Etrange impression... Faire le point... Ellle avait tout simplement oublié de vivre.
    Vivre : cinq lettres qu'elle découvre. Cinq lettres qu'elle savoure.
    Feuilleter tranquillement un journal. Tricoter une écharpe. Ecouter les histoires de cour de récréation. Réapprendre Attila et les Huns. Oser débrancher le téléphone, juste pour se couper du monde...
    Vivre : cinq lettres magiques que l'on oublie trop souvent, happés par la vie.
    Elle, elle a eu une chance incroyable car... un jour, il a crié plus fort. Plus fort que tout.