Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Humeurs - Page 3

  • Délicieux

    Je devine sa silhouette.
    Il prend forme...
    Ce rêve que je caresse depuis des mois est à portée de mains.
    Décrocher. Débrancher. Déconnecter.
    Voilà le moment venu de couper tout lien avec mon drôle d'univers.
    "Le temps venu pour mon salut" - comme le chantait si bien Brel - de me replier sur ma vraie vie, de prendre le temps, de savourer chaque instant passé avec ma tribu... Sans téléphone. Sans web... le temps d'un instant délicieux, dont je me régale à l'avance.

  • Aïe !

    Il est là.
    Elle le sait.
    Ô combien, elle le sait !
    Il la tiraille.
    Il la tyrannise.
    Depuis des jours.
    Depuis des mois.
    Il la lance.
    Il la relance.
    Elle résiste.
    Elle sert les dents.
    Dans l'attente de jours plus doux.
    Dans l'attente de jours sans lui.
    Il sait se rappeler à sa mémoire dès qu'elle l'oublie.
    Subrepticement.
    Surnoisement.
    Un instant d'inattention ?
    Un moment d'excès ?
    Il les lui fera payer.
    En silence.
    Lancinant.
    Trop présent.
    Jusqu'au moment où en cachette elle essuiera des larmes de rage.
    Des perles de douleur.
    Puis elle repartira.
    Pleine d'espoirs.
    Puis il reviendra.
    Un jour, elle réussira.
    Un jour, elle l'oubliera pour toujours.
    ... Ce putain de genou gauche !

  • Mauvaise humeur d'un lundi

    Un matin... plutôt dur-dur !
    Avec une grande envie de dire "Non" et de retourner me cacher sous ma couette !
    Un matin de mauvaise humeur... en mode ronchon, bougon...
    Parce qu'il fait froid.
    Parce que c'est l'été et que j'ai du me lover dans un gros pull marin.
    Parce que mon n°2 est parti pour la semaine loin de la maison. Me voilà emputée de l'un de mes amours... pour son plus grand bonheur, je le sais. Mais la tribu n'est pas au complet... il me manque déjà !
    Parce que j'en ai marre d'entendre toute la journée parler de foot à la radio : l'équipe de France est ridicule... et alors ? On s'en contrefout ! Les joueurs sont payés une fortune pour faire la grève alors que trop nombreux sont les Français qui ont du mal à joindre les deux bouts en fin de mois.
    Parce que la Terre ne tourne pas rond et nous lance de grands signaux d'alarme - comme dans le Var - et que tout le monde s'en fout, trop occupés qu'ils sont par leurs nombrils.
    Parce que c'est comme ça... Parce qu'on est lundi !

    Et puis... zut !