Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Parité : du concret ! - Page 4

  • Sur le terrain... dans le 27 !

    Parité, du concret, sur le terrain, dans mon beau département de l'Eure !
    Que fait  Evreux, ville magique où le relooking de la ville se voudrait rivaliser avec le Palais royal  (JL Debré y habite dans le luxe d'un appart à tout petit prix) ? Que fait Evreux pour les femmes ?  A Evreux,  aucune crèche "à horaires décalés" sur la zone commerciale où travaillent surtout des femmes ou encore à la Madeleine - tristement célèbre pour ses voitures brûlées lors des émeutes des banlieues -  !
    C'était en projet en 2001 ! Un projet lancé par Danielle Jeanne, et... c'est toujours en projet, mais sur une zone franche où les entreprises se "font du beurre" en ne payant pas de charges, et en oubliant les conditions de travail du personnel féminin !

    Parité, du concret, sur le terrain, dans mon beau département de l'Eure ! Encore...

    Par ailleurs, pourquoi les CCAS (Centre communal d'action sociale) ne jouent-ils pas leur rôle pleinement dans nos petits villages ? Pourquoi, tels des entêtés loin de la réalité, des maires de petits villages n'appliquent-ils pas des tarifs de garderie en fonction du quotien familiale, et ne prennent-ils pas ainsi en charge le surcoût de la gestion des garderies péri-scolaires par les communautés de communes ? Peut-être aiment-ils voir des enfants, la clé autour du cou, rentrer chez eux, sans Maman ni Papa à la maison ? Peut-être aiment-ils voir ces enfants tomber peu à peu dans la délinquance ? Non, je ne délire pas... Hélas !... Un gamin de 10 ans a été interpelé pour diverses effractions très récemment. Il rentre tout seul, chez lui, le soir, depuis que nos tarifs de garderie ont augmenté de 400%. Les institutions ne peuvent suppléer à l'éducation que doivent donner les parents, mais elles pourraient peut-être aider, non?

  • MDR (morte de rires !)

    Ce blog existe depuis quelques mois... Initialement, il se voulait un lieu d'échange d'idées pour les nanas, histoire de faire avancer ce que certains appellent la parité, ce que moi je préfère qualifier de "vie quotidienne des femmes".
    Force est de constater que les visiteuses sont avares de commentaires... à moins que, tous comptes faits, les bloggueuses soient des... bloggueurs !
    Ou encore que les bloggeuses n'aient pas le temps entre les kids, le boulot, la souris et tout le reste de tapper sur leur clavier ?
    Ou qu'elles ne soient pas concernées par le sujet ?
    Toujours est-il que je suis ravie d'accueillir et de lire votre prose, Messieurs les Zommes !
    Ah, si vous avez 5 minutes, et si vous êtes un peu débrouillard(e)s, procurez-vous Le Monde 2 du samedi 3 février et dévorez l'article intitulé : Le vade-mecum du mâle dominant, une interview de l'anthropologue François Héritier. Ou : quelles sont les grandes théories qui expliquent que le pouvoir soit détenu par les hommes ? L'étude de l'histoire montre-t-elle une lente progression vers un partage du pouvoir ou au contraire une alternance de progrès et de régressions ? Quels sont les moments-clés de l'histoire de cette évolution vers un partage du pouvoir ?
    Intéressant......
    (merci Grand-Ma' de m'avoir donné ce journal !)

  • Je voudrais être un homme...

    Le temps d'une journée ou deux, je voudrais être un homme pour :
    - partir bosser sans culpabiliser alors que mes monstres ont la crève,
    - téléphoner à ma femme depuis l'autre bout de l'Europe où je suis en voyage d'affaires, et ne pas lui dire :"Les enfants sont malades ! Ah, mais c'est du à quoi ?", mais "je pense à toi. Garde courage !"
    - ne pas savoir mettre les machines de linge à laver sous prétexte que je risque de me planter dans le tri du linge,
    - avoir une femme qui étend le linge à minuit car même en passant devant le linge mouillé, je suis incapable de penser que si je le laisse stagner là jusqu'au lendemain, il risque de sentir mauvais,
    - ne pas avoir à faire des choix permanents entre carrière et enfants, job et famille,
    - savoir juste faire cuire le riz et préparer de la purée mousseline (minimum de survie), et même râter la cuisson des lasagnes surgelées...,
    - ne pas entendre mes enfants m'appeler à la première bosse, au premier bleu, préférant se ruer dans les jupons (qu'elle ne porte pas) de leur mère,
    - avoir le temps ou le prendre sans culpabiliser d'ouvrir un bouquin,
    - ne pas me taper la crise de préadododo de n°1, les coups de speed de n°2 et les caprices de princesse de n°3 à longueur de journée et de soirée,
    - ne pas jouer les taxis, pour accompagner l'un au judo, l'autre chez un copain tout en subissant les reproches de Choupette qui rêve de faire du poney : "Mais quand, veux-tu que je t'y conduise !?",
    - ne pas reprendre mes monstres tous les soirs pour leur tenue à table, parce que de toutes façons, quand je rentrerais ils auraient tous dîner et je n'aurais qu'une histoire à raconter, des confidences à écouter,
    - ne pas courir après un rendez-vous qui a duré une peu  plus longtemps que prévu, alors que les enfants sortent à 16h30,
    - ne pas avoir à penser à soigner la smala : "trois cuillèrées à café pour toi ! Non pas 20 gouttes, mais 2 ! Arrêtes de tousser en prenant ton sirop, tu en mets partout !" et culpabiliser à mort si, quand tout le monde dort, je me souviens que j'ai oublié de mettre, à Choupette, du Vicks (qu'elle appelle "la crème pour les seins"),
    - ne pas me soucier du bouton que je sens poindre sur ma joue alors que demain j'ai une réunion méga importante et que toutes les pétasses vont reluquer ce méga pustule d'un demi millimètre de large,
    - ne pas avoir à faire le double d'un mec pour être reconnue dans l'univers politique,
    - ne pas devoir être "une mère extraordinaire, une femme extraordinaire, une maîtresse extraordinaire, une bosseuse extraordinaire" ou... vouloir l'être (n'est-ce pas Cécile ? n'est-ce pas Carol ? n'est-ce pas Laurence ?)

    Et vous ? Je suis peut-être "la seule siphonnée du trolley" à avoir envie de changer de sexe le temps d'un instant, histoire de voir... Tout en étant convaincue qu'alors je ne souhaiterais qu'une chose : retrouver ma peau de femme !

    Psstttt : je voudrais aussi le temps d'une journée avoir... d'immenses jambes et être grande (euh... je mesure 156,5 cm).