Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique - Page 5

  • Carnet de campagne - 1

    cake.jpgA 16 jours (car on est presque demain) du 14 mars, une nouvelle petite chronique : Carnet de campagne ! Chronique que j'aurais aussi bien pu intuler "Oups !" :

    - tout d'abord un lien sur Facebook. Lien absolument délicieux, vers un événement incontournable : Pot de départ d'Alain Le Vern, ancien Président de Région qui aura lieu le... 22 mars ! Excellent ! J'adore cet humour complètement grinçant et décalé !

    - un saut à Rouen en fin d'après-midi pour une rencontre des colistiers de l'Eure et de Seine-Maritime avec François Fillon et Bruno Le Maire. Un moment sympa. Retour à la campagne (ma campagne, la verte campagne normande...). Dîner. Les trois monstres aux plumes. Yes ! je vais pouvoir reprendre mes dossiers et les terminer.

    - 21h30 : petit point téléphonique avec Grand-Ma, qui a pris en fin de journée sa casquette de super babysitter !
    - Demain, je... mais demain on est vendredi ?
    - Oui !
    - Oh... zutttttttttttttttt ! Demain, Madeleine (ma petite dernière) fête ses 7 ans à l'école !
    - Et alors ?
    - J'ai oublié de faire un gâteau pour la classe ! Je raccroche... je file dans la cuisine !
    Et voilà comment, à plus de 21h30, je me suis retrouvée en train d'improviser un gâteau au chocolat pour toute une classe... La vie à la campagne m'oblige, heureusement, à avoir des stocks...
    Et oui... une campagne au féminin, c'est aussi ça... ;)

  • "Je nous aime !"

    DSCN2170.JPGCes dernières semaines, j'ai pleuré. Beaucoup. Trop. Des larmes de rage. Des larmes de colère. Des larmes de points d'interrogation... Mais, hier soir, j'ai réalisé que mes larmes n'en étaient pas ! Que mes larmes ne rimaient à rien...
    Hier soir, j'ai simplement découvert un petit garçon bouleversé à la sortie de l'école.
    Un petit homme qui, dans la voiture, serrait les dents, faisait semblant de sourire à mes blagues Carambar.
    Un petit garçon qui, une fois notre nid douillet retrouvé, a éclaté en sanglots.
    Ce petit bout d'homme, mon petit homme, du haut de ses 11 ans, venait d'apprendre que la jolie petite fille pour laquelle son coeur battait depuis la rentrée était amoureuse... de son meilleur ami. Des larmes d'une douleur sans nom. Les larmes d'un premier chagrin d'amour...
    Ne souriez pas ! Il n'y a rien de risible dans ce chagrin, tant il était violent, tant il était humain. Mes câlins n'y ont rien fait... Les larmes perlaient à mes yeux devant tant de tristesse... Mon enfant, ma chair avait mal... A force de mots doux, de mots d'amour, mon petit Colin a retrouvé peu à peu le sourire. Forcé ou pas ? Je ne le sais toujours pas avec certitude... Peut-être pas, puisqu'il m'a dit, une fois ses larmes séchées : "Maman, on est bien à la maison ! Je nous aime !"

  • Lettre à un ami

    Je suis rincée, fatiguée, mais droite dans mes bottes. Fière... Je serai 12e sur la liste Majorité présidentielle de l'Eure. Pas plus haut ? Et alors !?
    Tant pis pour les sourires des petits barons que je devrais affronter. Je saurai leur répondre, car à l'humanisme que je défends, ils ont préféré leur honneur, leurs mandats, leurs... Centriste de droite, je suis. Centriste de droite, je resterai... malgrè les coups bas, malgrè les coups de poings, malgrè... Mais cette lettre n'a pas pour objet de te parler de mon nombril ni de mon ego. Juste des autres. De toutes ces personnes que j'ai longuement eu, ces dernières semaines au téléphone. Ces personnes : essentiellemnt des femmes. Réseau de Femmes au Centre oblige, sans doute !

    De longues et nombreuses soirées passées à les encourager. "Vous ne devez pas baisser les bras !" "Nous devons ensemble nous battre pour la société dont nous rêvons pour nos enfants et nos petits-enfants !"... J'ai passé des heures à les écouter, à sécher des larmes. Et j'ai compris... Toutes, nous ne sommes pas des hommes politiques ! Nous sommes des femmes. Des femmes encore peu nombreuses sur la scène politique. Encore peu nombreuses à oser nous investire et à tenter de jongler encore boulot, famille et politique !

    Nous sommes des femmes et vous l'avez oublié. Des femmes qui ne savent pas, tels des mecs, compartimenter. Pas vivre avec une carapace. Des femmes qui ne peuvent dissocier leur engagement de leurs vies. Car si la politique est dans nos tripes, car si se battre pour un idéal est indissociable de nos vies, chaque jour, nous bravons les embûches pour nos enfants, nous jonglons entre 3 ou 4 emplois du temps... Ces tous ne font qu'un. Ces tous, ce sont nous... Or ces derniers jours, vous nous avez regardées, considéréees comme des hommes politiques ! Je crois qu'en leurs noms, je peux affirmer que nous ne sommes pas des femmes déguisées en hommes politiques. Juste des femmes politiques - ou des femmes engagées en politique si tu le préfères ! - avec  nos sensibilités, nos fiertés, nos larmes, nos états d'âme... Nous sommes des Hommes commes les autres, mais ne nous demandez pas de nous transformer en mec !

    Amicalement