Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ados

  • Vive nos mots !

    Trouvé ce soir sur le blog d'Ecaterina (voir lien à droite) : une vidéo à méditer...
    Plus nos petits bouts grandissent, plus la parole, le dialogue sont précieux. Les instaurer dès le berceau est loin d'être ridicule ! Parler, parler, toujours parler même si parfois on a l'impression que c'est dans le vide ! Parler avant que d'autres ne s'en chargent...

    L'origine de cette vidéo : ce site canadien

  • Et merde !

    L'hiver arrive à grands pas.
    Je viens de faire 40 kilomètres sur des petites routes de campagne. En musique. Par une nuit des plus noires. Et cette odeur divine qui arrivait dans ma voiture. Odeur d'hiver. Odeur caline. Odeur des feux de cheminée... Une odeur quirime avec quiétude et douceur.
    Quel contraste avec ce monde tourneboulé qui tourne à l'envers ! Ecoeurement de "Cher et tendre" rentré de Hong Kong quand je lui ai narré le crime (car on peut parler de crime, même si la jeune fille n'est pas décédée) de Marseille. Révolte de mon aîné en écoutant les infos. Une révolte qui fait chaud au coeur. Une révolte qui me fait dire qu'avec beaucoup de volonté et des tonnes d'attentions, tout n'est pas foutu pour notre bon vieux pays !
    Comment peut-on dire que ces ados (car de 15 à 17 ans, on est bien des ados, non ?) n'ont pas mesuré la portée de leur geste ? Comment leur trouver un chouillat d'excuses ? Comment ne pas blâmer également leurs parents (je sais, tout le monde n'a pas la capacité, face aux ados, de se faire entendre, mais MERDE !) ? Comment un individu élévé dans un pays à peu près civilisé peut-il en arriver à de tels actes ? Phénomène d'entrainement me diront certains ! NON, je ne crois que là soit la seule et unique cause ! Laisser aller total. Capitulation parentale. Je crois fermement en l'autorité parentale. Pas besoin de transformer l'univers familiale en camps militaire. Mais un minimum est requis... Minimum pour ne pas laisser le fruit de nos entrailles aller à la dérive. Je crois aussi fermement en la nécessité d'un dialogue, d'une écoute, d'une vigilence assidue sans pour autant priver les enants de liberté et d'initiatives.Elever ses enfants, c'est leur donner des clés pour aller vers le mieux et leur donner les moyens d'un jour prendre leur envol le plus sereinement possible...
    Je sais, personne n'est à l'abri d'être confronté à un ado des plus dures, mais là... je ne comprends pas !