Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

afghanistan

  • Encourager la démocratie

    La tribu est calme en ce mardi soir... la menace de ne pas regarder "Némo" à la télé a du bon ("mère indigne"... j'assume !)...

    Ce soir, pendant que mes petits monstres dînaient je prêtais l'oreille à Europe 1.

    L'invité : Hervé Morin, en tant que ministre de la défense.
    Sujet du jour : son audition devant la commission des affaires étrangères et la remise ou non en question de la présence des forces françaises en Afghanistan.

    Je ne comprends pas que certains puissent s'interroger sur la nécessité de la présence des militaires français à Kaboul... Maintenir la paix, encourager la démocratie, lutter contre le terrorisme : voilà l'objectif de nos troupes.
    Pourquoi oser se poser donc la question ?
    Si l'on rejette cette nécessité, autant ne pas défendre l'idée d'un Tibet Libre, autant se taire quand les droits de l'Homme sont bafoués, autant se murer dans le silence quand Moscou ose reconnaitre l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud - décision "contraire aux principes d'indépendance, de souveraineté et d'intégrité territoriale de la Géorgie, reconnus par la Charte des Nations Unies, l'Acte final de la conférence sur la sécurité et la coopération en Europe et les Résolutions pertinentes du Conseil de sécurité" dixit la présidence française de l'Union européenne-,...

    Je me souviens d'un témoignage d'un homme engagé dans une association humanitaire française qui travaillait à Kaboul, il y a un peu moins de 20 ans. Face à moi, dans le confort d'un studio de la Maisonde la Radio, il me racontait ce qu'il avait vécu des mois durant, sous le joug des talibans, ce qu'enduraient femmes et fillettes, les menaces qui pesaient sur tout individu révant de liberté et de démocratie... Ambiance pesante et lourde. Techniciens et assistants se taisaient devant l'horreur. Je n'osais plus poser de questions.
    Certains devraient écouter cette émission (ce n'est pas possible car elle date trop...). Ils ne se poseraient alors plus de questions sur la nécessité de maintenir la paix en Afghanistan, et ce même si nous venons de perdre dix hommes dans ce pays qui a vécu des années de souffrances et de monstruosités.