Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cerveau

  • Internet n'a rien compris à la quarantaine au féminin (4)

    Pas le temps de blablater. Juste de vous livrer quelques-unes de mes trouvailles, suivies de mes remarques (parfois désobligeantes, j'en conviens) :
    Sur
    http://www.doctissimo.fr/

    Quarante ans, le bel âge ?

    Alors que chez certains la quarantaine annonce le début d’une nouvelle vie, des scientifiques affirment qu’elle marque également le début du déclin de notre cerveau. Selon une étude anglaise, notre mémoire et notre capacité mentale baissent régulièrement après 40-45 ans.

    Des chercheurs de la British Psychological Society de Londres attestent que notre capacité de réaction, notre faculté de concentration et notre mémoire commencent à décliner de manière significative dès l’âge de 40-45 ans. Au-delà de ce cap, point de retour… inexorablement chaque année confirme cette baisse régulière qui se poursuit jusqu’à l’âge de 80 ans.

    Quarante ans, la fin du bel âge ?

    Une équipe de psychologues a réalisé une série de tests sur pas moins de 2 282 volontaires âgés de 18 à 87 ans et en bonne santé. Les tests de capacité cognitive permettaient d’évaluer la mémoire (remémoration des noms et de visages), le temps de réaction à des situations données ainsi que les capacités de concentration et de prise de décisions.
    Jusqu’à la quarantaine, les facultés mentales apparaissent inchangées. Mais au-delà de cet âge, le temps de réaction est 10 à 15 % plus important qu’à vingt ans. Les capacités de concentration sont moindres et la faculté à ignorer des distractions parasites ou à mettre un nom sur un visage décroît dans le même temps. En deux mots, faire remonter à la surface les souvenirs utiles devient de plus en plus difficile.

    Vous pouvez me rappeler votre nom ?

    A une soirée entre amis, lors d’un cocktail, vous croisez le regard de quelqu’un qui vraisemblablement vous connaît. Mais malgré tous vos efforts, vous n’arrivez pas à mettre un nom sur son visage… Qui n’a pas fait face à ce genre de situation embarrassante ?
    Bien que le mécanisme cérébral responsable de ce déclin ne soit pas encore identifié, la théorie la plus plausible est la perte de faculté des cellules nerveuses de communiquer entre elles via des neurotransmetteurs. 

    La matière grise s’use si on ne s’en sert pas

    Lors de la communication de ses résultats, le docteur Semple précise que les personnes de plus de quarante ans compensent la baisse de leur capacité cognitive par une plus grande expérience. Si chez les personnes plus âgées, le chemin à effectuer pour ramener à la vie des souvenirs oubliés est plus long, elles connaissent quelques raccourcis.

    La baisse des performances intellectuelles révèle simplement que le cerveau n'est pas assez sollicité ! Le cerveau s'entretient. Des activités monotones, des occupations routinières mobilisent toujours les mêmes régions cérébrales, résultat : les autres s'endorment. La lecture, les mots-croisés et une vie sociale active contribuent à maintenir notre cerveau en forme. Alors pourquoi ne pas faire un peu d’exercice en lisant nos articles sur le même sujet ?
    David Bême

    K.T. : Et pourquoi, M. Bême ne pas faire un peu d’exercice en vous écrivant une belle lettre… Elle pourrait commencer ainsi :

    Cher Monsieur,

    Après avoir lu votre article passionnant, j’aimerais vous inviter une journée dans notre belle demeure normande, afin que vous puissiez :

    -  vous charger de la garde de mes trois enfants et de la gestion de leurs plannings respectifs,
    -  astiquer notre domicile du sol au plafond (sans oublier un seul étage - il y en a trois),
    -  remplir le frigo que mes monstres dévalisent en moins de temps qu’il ne faut pour le dire,
    - préparer un plateau repas pour mon Jules qui rentre à 21h, 21h30 cinq jours sur sept,
    -  recoudre le cartable qui vient de craquer quinze jours après la rentrée (pas question et pas de sous pour en acheter un neuf),
    -   rédiger les trois reco que je dois envoyer à mes clients qui vont finir par s’impatienter,
    - déposer le costard de Monsieur au pressing,
    - m’investir en politique – échéances obligent – car si je ne le fais pas à quarante ans, ce n’est pas à quatre-vingt que j’en aurai l’énergie,
    -   et aller chez le véto pour faire vacciner Maou (notre chat).

    J’aurais alors tous loisirs pour me plonger dans une grille de mots croisés ou de sudoku (rebaptisé suduku par mes aînés) ou la pile de bouquins que je veux lire depuis trois ans. Je pourrais donc solliciter mon cerveau comme vous nous incitez à le faire dans votre article…