Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chine

  • Oui, je sais...

    Oui, je sais... ça fait un bail. Mais, bon, je ne peux pas tout faire : la fête pendant trois jours, gérer ma case, le boulot, la rééduc de mon genou, désherber les framboisiers, etc. Puis... il y a la politique - qui, certes, recoupe fortement mon activité professionnelle ! Mais, bon... les journées ne font que 24 heures... et j'ai aussi besoin de dormir.
    Oh, flute, j'ai vidé le paquet de chips... Et oui, pour décrocher 5 minutes, me voilà rendue à déjeuner devant mon ordinateur (et au diable celui ou celle qui me dira que ce n'est pas avec des chips que je vais perdre les quatre kilos qui se sont gentiment agglutinés sur mon pauv'petit corps en presque trois mois d'immobilité !)...

    Alors, en vrac - car pour être un peu structurée, il faudrait que je me réveille, donc que je boive un cinquième café...- , le 7 juin est une date importante :

    - c'est la fête des Mamans (j'm pô le mot "Mère")... Si vous avez des idées de cadeaux, je prends volontiers. Cher et Tendre est en panne d'inspiration... et moi guère mieux... même si c'est pour moi !

    - c'est le jour des élections européennes. Et moi j'irai VOTER !
    J'irai voter car je ne veux pas de n'importe quelle Europe !
    J'irai voter car je veux une Europe à l'image de ses habitants ! 
    J'irai voter car je ne veux pas laisser les autres décider pour moi !
    J'irai voter car je veux pour mes enfants une Europe plus humaine, une Europe qui leur permette de barouder à travers notre continent dansle cadre de leurs études (Erasmus, c'est bien mais on peut faire mieux !) !
    J'irai voter pour mes petits-enfant apprennent deux langues européennes en plus de leur langue maternelle dès le primaire !
    J'irai voter pour que nos enfants aient des cours d'Europe, comme des cours d'histoire-géo !
    J'irai voter pour que toutes les femmes européennes aient accès aux mêmes droits, aux mêmes devoirs, aux mêmes aides...
    J'irai voter car je suis citoyenne !

    - à regarder : deux vidéos pour mieux comprendre pourquoi le 7 juin, il faut que chacun consacre cinq minutes à se rendre aux urnes.

     

     
    - en vrac encore... il est des jours où j'enverrais bien bouler toutes les obligations... Mais comment faire sans passer pour une goujate, sans heurter les sensibilités, sans passer pour "une grande gueule qui ne sait que parler" ?

    - lu sur facebook : "Il faut voter, évidemment, parce que ce Parlement est le seul endroit où l'Europe se construit, dans la confrontation démocratique, dans toutes ses diversités, toutes ses sensibilités". Simone VEIL

    - un grand coup de chapeau aux Chinois, qui, il y a vingt ans aujourd'hui, ont bravé le pouvoir au péril de leurs vies en manifestant à Pékin, Place Tiananmen... Ils ont donné leurs vies au nom de la LIBERTE !
    J'avais un peu plus de vingt ans... Journaliste débutante, ces images ont marquées ma mémoire :

  • Pour un Tibet Libre !

    583063939.jpgSTRASBOURG, 12 mars 2009 (AFP) - Les députés européens ont demandé jeudi à Pékin de renouer le dialogue sur une "autonomie réelle" du Tibet, à l'occasion du 50e anniversaire du départ en exil en Inde du dalaï lama, et au lendemain de l'adoption d'un texte similaire par la Chambre des représentants américaine.

    Dans un hémicycle où de nombreux eurodéputés ont arboré ces derniers jours un drapeau tibétain, le Parlement a adopté, par 338 voix contre 131 et 14 abstentions, un texte qui "prie instamment le gouvernement chinois de considérer le mémorandum sur une autonomie réelle pour le peuple tibétain, présenté en novembre 2008, comme une base de discussion sur le fond".

    Les eurodéputés demandent aussi aux 27 Etats membres de l'UE de faire une déclaration demandant à Pékin "l'ouverture d'un dialogue constructif" et mentionnant explicitement ce mémorandum.

    Présenté en novembre 2008 aux autorités chinoises par les émissaires du dalaï lama, ce mémorandum a été rejeté par Pékin qui le considère comme une remise en question de l'intégrité territoriale chinoise.

    La commissaire européenne aux Affaires étrangères, Benita Ferrero-Waldner, a regretté, lors d'un débat, le fait que les discussions en 2008 entre Pékin et les émissaires du dalaï lama n'aient "pas apporté de résultats substantiels".

    Elle a rappelé elle aussi "la nécessité pour les deux parties de reprendre rapidement le dialogue", soulignant qu'il s'agissait du "meilleur moyen d'éviter la frustration et la violence chez les jeunes Tibétains".

    Le vote du Parlement européen intervient peu après des protestations de Pékin contre l'adoption par la Chambre des représentants américaine d'une autre résolution de soutien au Tibet.

    Invité en marge de la session du Parlement à Strasbourg, le représentant à Bruxelles du dalaï lama, Tashi Wangdi, avait appelé mardi les journalistes à faire pression sur Pékin pour obtenir le droit d'aller librement au Tibet.

    Un appel relayé par les eurodéputés qui demandent le libre accès au Tibet aux médias étrangers et aux observateurs indépendants.

    Les journalistes étrangers ne peuvent pas se rendre librement dans la région autonome du Tibet.

    Cependant, selon les règles en vigueur depuis deux ans, ils sont autorisés à circuler normalement dans les régions tibétaines proches.

    Mais, ces derniers jours, de nombreux journalistes étrangers ont rencontré les mêmes difficultés dans ces zones, ce qui a suscité des protestations du Club des correspondants étrangers de Chine et de groupes de défense des droits de l'Homme.

    Les relations entre l'UE et la Chine avaient été mises à mal en décembre par la rencontre entre le chef spirituel des bouddhistes tibétains et le président français Nicolas Sarkozy, qui assumait alors la présidence tournante de l'UE. Pékin avait alors annulé le sommet UE-Chine prévu à Lyon.

    En janvier, le Premier ministre chinois Wen Jiabao a effectué une tournée d'apaisement en Europe, en évitant soigneusement de faire escale à Paris.