Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

communication

  • Des vies qui riment avec souris

    44234331_21451066.jpgPerplexe... je crois que c'est le mot juste.
    Perplexe pourquoi ? A quel sujet ?
    Rien d'important... et pourtant ! Face à mon écran, je m'interroge sur ces nouveaux réseaux sociaux qui se multiplient sur Internet.
    Certains diront "beh, tu n'as qu'à pas t'inscrire..." ou "débranche... passe à autre chose !"
    Pour mon taf, je me dois d'y être. Mais sur Facebook, j'assiste à du grand n'importe quoi ! Impression étrange et dérangeante d'être devant une vitrine dans laquelle sont exposées toutes les détresses humaines. Chacun tente de vivre par procuration, par clavier interposé. Un clic pour dire j'aime ou j'aime pas. Un autre pour entrer en contact avec un pseudo ami qui n'a rien d'un véritable ami : un nom, un statut, une photo... Une vie virtuelle qui fait oublier à chacun qu'il n'a plus le courage de dire bonjour à son voisin, qu'il n'ose plus sourire à un SDF pour l'encourager dans la dure journée qui l'attend... Chacun se mêle de tout. Chacun y va de son commentaire... Je participe, certes, à ce jeu de rôles. Mais j'ouvre grand les yeux. J'assiste à un spectacle qui ne me plait pas, dont chaque jour le message semble se brouiller... 
    Je sais que la réalité n'est pas là.
    Règlements de comptes. Commentaires déplacés. Vulgarité. Etats d'âmes d'êtres qui semblent avoir oublié qu'ils sont humains, qu'ils ont une âme...
    Etrange dégoût. Comme une nausée qui m'envahit. Pourtant, je continuerai à regarder cette vitrine de leurs vies. Des vies qui sonnent creux. Des vies qui riment avec souris...
    Je ne refuse pas en bloc les nouvelles technologies, les nouveaux concepts de communication. Loin de là. Je suis juste mal à l'aise devant cet outil chronophage qui semble être essentiel, voire existentiel, pour bon nombres. Se jeter sur son écran pour voir si des commentaires  ont été laissés. Lire avidement ce que chacun des contacts va écrire... Je me suis laissée prendre au piège. Mais aujourd'hui j'ose dire "Non !", "Stop !"... Un grand déballage de n'importe quoi... Jusqu'à une photo prise dans une baignoire ! J'hallucine ! Dérives... lentes mais certaines. Jamais décriées, jamais condamnées. Sans pudeur, sans humour, chacun jette sa pseudo vie aux regards et critiques des autres...
    Utiliser Facebook pour créer un réseau professionnel, pourquoi pas ? Pour assurer la promotion d'un événement ou d'un article ? Oui. Pour fédérer des individus autour d'un projet ? Sans problème !
    Mais... Non au harcellement de commentaires acerbes. Non, aux messages archi perso affichés sur cettte vitrine commerciale. Non, aux essayages de robes de mariées étalés en photos, démolissant toute la magie du jour J. Non,... tout simplement non à cette impudeur sans nom... Mais oui, à mes amis, mes vrais que j'ai pu retrouver grâce à Face de bouc. Des amis éparpillés aux quatre coins du monde. Des amis qui s'envoient un "Coucou" entre deux dossiers, sachant que ce simple"Coucou" sera riche et chargé de sens. Une amitié ponctuée de coups de téléphones, de pauses café... Une amitié vraie qui n'a rien de ces échanges immatériels qui leurrent certains, qui les amènent à croire en ces "relations virtuelles"...