Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

défense

  • N'oublier personne

    Vendredi soir... Une semaine folle et riche.
    Riche en rencontres. Avec des ados tout d'abord, mercredi dernier, sur la base aérienne d'Evreux pour le lancement dans l'Eure des
    cadets de la Défense. Des adododos qui ont entre 14 et 16 ans, des rêves plein les yeux, et une envie dévorante d'apprendre... Moment de surprise et d'émotion aussi ce jour-là lorsque le colonnel de la base m'a remis mon insigne de capitaine de la réserve citoyenne.
    Riche en échanges ces cinq derniers jours avec des femmes et des hommes centristes qui veulent s'investir dans le projet politique du Nouveau Centre, en bossant ensemble sur des sujets sociétaux. "
    Femmes au Centre" est né !
    Riche en projets et en idées. Je me suis levée à plusieurs reprises, la nuit, pour tout noter, ne rien oublier... mes cernes peuvent en témoigner... mais ça, je m'en moque bien !
    Riche aussi en course contre la montre et contre moi-même aussi parfois ! Penser à tout et n'oublier personne, surtout pas mes monstres qui semblent s'adapter à, voire partager, mes projets les plus fous. "Mieux vaut une Maman qui coure et sourit qu'une Maman qui s'em..... !"
    Riche en... non ce n'est pas le mot qui convient,... plutôt forte en colère quand je crie haut et fort qu'une municipalité doit se battre contre la délinquance, contre les délits d'une bande de petits ###]*!#, qu'une municipalité doit réparer leurs méfaits pour qu'ils n'aillent pas détériorer d'autres choses, que l'investissement vaut le coup, que l'on se doit de dénoncer ces actes malveillants et stupides !
    Une semaine riche et forte, qui n'est pas terminée, loin s'en faut... pour mon plus grand bonheur.

  • "C'est quoi, ça ?"...

    les_avions_de_larmee_de_lair.jpg"C'est quoi, ça ?"... Voici une question que ne cesse de m'être posée depuis quelques heures au sujet de "la réserve citoyenne".
    Je viens d'apprendre que je suis nommée capitaine de la réserve citoyenne de l'Armée de l'Air... A chaque fois que j'en parle, la même question fuse...
    Explications...
    Elue dans mon village, j'ai été volontaire pour devenir correspondante Défense (il y en a un dans chaque commune, choisi parmis les conseillers municipaux). Voulant aller jusqu'au bout de mon engagement, j'ai demandé à devenir "réserviste citoyenne". J'ai constitué un dossier de demande (pas très compliqué à faire, contrairement à ce que certains m'avaient annoncé). Et zoup, c'est fait !
    Mais à quoi ça sert ?
    "La réserve militaire citoyenne est composée de volontaires agréés par l'autorité militaire en raison de leurs compétences, de leurs expériences ou de leurs intérêts pour les questions relevant de la défense nationale, la réserve citoyenne a pour objet d'entretenir l'esprit de défense et de renforcer le lien entre la nation et ses forces armées." L'idée est donc d'être un relais de l'armée de l'air avec les réseaux citoyens, par exemple pour sensibiliser aux problématiques de Défense, les élus, les organismes publics et entreprises privées établis aux abords des bases aériennes... Ceci n'est qu'un des aspects de la réserve citoyenne... le plus connu. Je vous raconterai la suite...

     Pour plus d'info : cliquez ici

  • Encourager la démocratie

    La tribu est calme en ce mardi soir... la menace de ne pas regarder "Némo" à la télé a du bon ("mère indigne"... j'assume !)...

    Ce soir, pendant que mes petits monstres dînaient je prêtais l'oreille à Europe 1.

    L'invité : Hervé Morin, en tant que ministre de la défense.
    Sujet du jour : son audition devant la commission des affaires étrangères et la remise ou non en question de la présence des forces françaises en Afghanistan.

    Je ne comprends pas que certains puissent s'interroger sur la nécessité de la présence des militaires français à Kaboul... Maintenir la paix, encourager la démocratie, lutter contre le terrorisme : voilà l'objectif de nos troupes.
    Pourquoi oser se poser donc la question ?
    Si l'on rejette cette nécessité, autant ne pas défendre l'idée d'un Tibet Libre, autant se taire quand les droits de l'Homme sont bafoués, autant se murer dans le silence quand Moscou ose reconnaitre l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud - décision "contraire aux principes d'indépendance, de souveraineté et d'intégrité territoriale de la Géorgie, reconnus par la Charte des Nations Unies, l'Acte final de la conférence sur la sécurité et la coopération en Europe et les Résolutions pertinentes du Conseil de sécurité" dixit la présidence française de l'Union européenne-,...

    Je me souviens d'un témoignage d'un homme engagé dans une association humanitaire française qui travaillait à Kaboul, il y a un peu moins de 20 ans. Face à moi, dans le confort d'un studio de la Maisonde la Radio, il me racontait ce qu'il avait vécu des mois durant, sous le joug des talibans, ce qu'enduraient femmes et fillettes, les menaces qui pesaient sur tout individu révant de liberté et de démocratie... Ambiance pesante et lourde. Techniciens et assistants se taisaient devant l'horreur. Je n'osais plus poser de questions.
    Certains devraient écouter cette émission (ce n'est pas possible car elle date trop...). Ils ne se poseraient alors plus de questions sur la nécessité de maintenir la paix en Afghanistan, et ce même si nous venons de perdre dix hommes dans ce pays qui a vécu des années de souffrances et de monstruosités.