Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

démocrate

  • Course de fond

    L'été s'est envolé. L'automne s'est installé. J'aime voir les feuilles se parer de tons de rouges... J'aime m'arrêter trente secondes en rentrant d'une conduite d'école, pour admirer la campagne, la nature qui se prépare à affronter l'hiver.
    La cheminée a repris du service... les corvées de bois sont de retour... Le jardin s'étiole... Dans le potager, les tomates ont entrepris une dernière course contre la montre pour arriver à prendre des couleurs.
    Cet après-midi, les enfants ont ramassé les pommes de terre. Il faudra penser très prochainement aux pommes...
    Savourer le temps, le rythme des saisons. Des choses que je n'aurais pas su faire il y a quelques années, prise dans la tumulte de la vie de banlieusarde, dans la nécessité de "percer" dans le boulot...
    Savourer le temps, le rythme des saisons... même si beaucoup pensent que je ne cesse de courir. Une course différente. Une course avec et pour les autres. Le sprint a laissé la place à la course de fond... Le fruit des années qui passent... Le bénéfice de la sérénité... L'envie de d'agir pour avancer ensemble, sans laisser quiconque sur le bord du chemin, tout en portant haut la démocratie !


    Découvrez Carla Bruni!
  • Un démocrate chez les démocrates

    Terminées les vacances.
    Reprise en douceur, mais choc thermique indéniable (il fait à peine 17° dans la maison, sans la cheminée... glurps ! Où sont les 30° à l'ombre ?).

    Pour les abonnés à facebook, je vous invite à lire Les tribulations d'un parisien à Denver (profile de Thierry Rochas Duperier). C'est trop cool : il représente le Nouveau Centre au congrès démocrate de Denver... A suivre !

  • Ne me jugez pas

    Ne me jugez pas si je vous dis mon mal-être actuel quant au spectacle que m'offre l'"UDF".
    Ne me jugez pas si j'ose affirmer être centre droit.
    Ne me jugez pas si j'ai envie de tout envoyer ballader.
    Ne me jugez pas si je n'arrive pas à accorder crédit à ce qui a été dit au conseil national de l'UDF.
    Ne me jugez pas si j'ai les larmes aux yeux ce soir, déchirée entre trois ami(e)s qui partent vers deux horizons politiques différents.
    Ne me jugez pas si j'ai tout plaqué ce matin pour aller cueillir une grande brassée de marguerites.
    Ne me jugez pas si j'ai envie de crier "MERDE !"
    Ne me jugez pas si j'admire Monsieur Bourlanges.
    Ne me jugez pas : je n'accuse personne. Juste moi. Peut-être embarquée dans une aventure que j'avais idéalisée.
    Ne me jugez pas : je suis toujours persuadée qu'il y a mille choses à faire pour améliorer le quotidien des femmes ! :o))