Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

danger

  • Je connais... Superman !

    superman.jpgSuperman... : je l'ai rencontré ! Je le connais même bien : il habite chez moi...

    Conseil municipal, ce soir à 19h. Une fois toutes les décisions prises, papotages autour d'un verre, comme d'hab' ! Ma tribu est seule à la maison. Promesse de sagesse m'a été faite : je prends mon temps.
    Je monte dans ma voiture. Un coup de fil rapide aux enfants, pour leur annoncer que je rentre. Là, mon n°1 me dit calmement : "c'est bien car on ne sait pas quoi faire : il y a un serpent dans le salon ! J'ai fait grimper les deux petits sur le canapé, et on ne bouge plus..."
    Panique pour moi. Ma phobie : les reptiles... Je fais le kilomètre qui me sépare de mes enfants sans regarder le compteur. Au diable les excès de vitesse, en de telles circonstances !
    Arrivée, je franchis à peine le seuil que je vois LA bestiole, installée dans MON salon, et MES trois petits statufiés sur fauteuils et canapé. Je courre chez les voisins.... Vite, il me faut de l'aide ! Patrice et Nathalie sont venus. Solidarité, chaleur humaine et sourires me font du bien... Avec je ne sais quel engin, la bête est tuée sous les yeux de mes enfants, qui semblent se délecter de l'Aventure... moi pétrifiée dans le jardin. Cette vipère - ni plus ni moins - avait décidé de prendre le frais dans notre maison, en passant tranquillement par les baies vitrées... et sur le pied de mon fils aîné.

    Coup de fil aux pompiers, a posteriori. Je suis rassurée : la prochaine fois - si par malheur il y en a une -  ils pourront intervenir si mes super voisins sont absents !

    "Et Superman, dans tout ça ?", me direz-vous.. Mais c'est évident : c'est Baptiste ! Ce bout d'homme qui, du haut ses douze ans, a eu le sang froid de faire grimper ses frères et soeurs sur les fauteuils, de leur donner pour consigne de ne pas bouger et de sortir l'aspi-venin "au cas où...". Colin et Madeleine, mes petits héros également : ils n'ont pas eu peur, même s'ils mesuraient le danger... Souvent je peste après mes monstres, mais là, tous les trois m'ont donné une belle leçon de courage ! Merci mes anges de vos "ça va aller Maman, ne t'inquiète pas : elle est morte !". Merci mes zamours d'être comme vous êtes, délicieux mélange de chipounerie et d'amour, de chamaillerie et de solidarité. Je vous aime.