Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

facebook

  • Des vies qui riment avec souris

    44234331_21451066.jpgPerplexe... je crois que c'est le mot juste.
    Perplexe pourquoi ? A quel sujet ?
    Rien d'important... et pourtant ! Face à mon écran, je m'interroge sur ces nouveaux réseaux sociaux qui se multiplient sur Internet.
    Certains diront "beh, tu n'as qu'à pas t'inscrire..." ou "débranche... passe à autre chose !"
    Pour mon taf, je me dois d'y être. Mais sur Facebook, j'assiste à du grand n'importe quoi ! Impression étrange et dérangeante d'être devant une vitrine dans laquelle sont exposées toutes les détresses humaines. Chacun tente de vivre par procuration, par clavier interposé. Un clic pour dire j'aime ou j'aime pas. Un autre pour entrer en contact avec un pseudo ami qui n'a rien d'un véritable ami : un nom, un statut, une photo... Une vie virtuelle qui fait oublier à chacun qu'il n'a plus le courage de dire bonjour à son voisin, qu'il n'ose plus sourire à un SDF pour l'encourager dans la dure journée qui l'attend... Chacun se mêle de tout. Chacun y va de son commentaire... Je participe, certes, à ce jeu de rôles. Mais j'ouvre grand les yeux. J'assiste à un spectacle qui ne me plait pas, dont chaque jour le message semble se brouiller... 
    Je sais que la réalité n'est pas là.
    Règlements de comptes. Commentaires déplacés. Vulgarité. Etats d'âmes d'êtres qui semblent avoir oublié qu'ils sont humains, qu'ils ont une âme...
    Etrange dégoût. Comme une nausée qui m'envahit. Pourtant, je continuerai à regarder cette vitrine de leurs vies. Des vies qui sonnent creux. Des vies qui riment avec souris...
    Je ne refuse pas en bloc les nouvelles technologies, les nouveaux concepts de communication. Loin de là. Je suis juste mal à l'aise devant cet outil chronophage qui semble être essentiel, voire existentiel, pour bon nombres. Se jeter sur son écran pour voir si des commentaires  ont été laissés. Lire avidement ce que chacun des contacts va écrire... Je me suis laissée prendre au piège. Mais aujourd'hui j'ose dire "Non !", "Stop !"... Un grand déballage de n'importe quoi... Jusqu'à une photo prise dans une baignoire ! J'hallucine ! Dérives... lentes mais certaines. Jamais décriées, jamais condamnées. Sans pudeur, sans humour, chacun jette sa pseudo vie aux regards et critiques des autres...
    Utiliser Facebook pour créer un réseau professionnel, pourquoi pas ? Pour assurer la promotion d'un événement ou d'un article ? Oui. Pour fédérer des individus autour d'un projet ? Sans problème !
    Mais... Non au harcellement de commentaires acerbes. Non, aux messages archi perso affichés sur cettte vitrine commerciale. Non, aux essayages de robes de mariées étalés en photos, démolissant toute la magie du jour J. Non,... tout simplement non à cette impudeur sans nom... Mais oui, à mes amis, mes vrais que j'ai pu retrouver grâce à Face de bouc. Des amis éparpillés aux quatre coins du monde. Des amis qui s'envoient un "Coucou" entre deux dossiers, sachant que ce simple"Coucou" sera riche et chargé de sens. Une amitié ponctuée de coups de téléphones, de pauses café... Une amitié vraie qui n'a rien de ces échanges immatériels qui leurrent certains, qui les amènent à croire en ces "relations virtuelles"...

     

  • Pause publicitaire !

    Bon... certains doivent se dire qu'en matière de râleuse, on ne peut pas faire mieux que moi sur terre... Mais ce n'est pas vrai ! Je vous l'assure... En cherchant bien, peut-être quand même en cherchant... très bien, vous trouverez... pire que moi !
    Mais là, c'est vrai... j'ai encore piqué un coup de gueule.
    Et pour ce faire, je n'ai pas eu recours à ce pauv'petit blog - qui risque de faire une over-dose de pétage de plombs -, mais à Face de Bouc (Facebook pour les non-intimes) !

    Oui, je l'avoue, j'ai lancé un petit groupe... qui monte, qui monte, intitulé "Femmes Nouveau Centre".
    Pour les "non-facedebouqueurs", voici son texte de présentation :

    "Ce groupe a pour objectif de réunir les femmes* Nouveau Centre.
    L'idée : faire entendre nos propositions, nos idées, etc.

    Le Nouveau Centre veut jouer la carte du renouveau en permettant à 40 personnes de moins de 40 ans d'être sur les listes des prochaines élections, mais pourquoi ne pas jouer également la carte de l'innovation en laissant la part belle aux femmes, jeunes ET moins jeunes ?

    *: les hommes sont les bienvenus dans ce groupe... pour participer au débat, partager, échanger, faire bouger les lignes... avec nous ! ;)"

    Pour les fadebouqueurs et les facedebiquettes, voici le lien !
    N'hésitez pas à nous rejoinre...
    Sur le forum des sujets très variés et intéressants : interdiction de la burqa, remise en question de la retraite des mères de famille, rôle de l'école... 

    A vos claviers ! YEP !

  • Côté pile ou côté face

    Côté pile, Facebook - que j'aime à rebaptiser Face de Bouc - est une grande communauté, qui permet à chacun d'échanger avec ses vrais amis, de connaître ou d'établir un lien avec d'autres - les zamis de nos amis -. Un moyen de faire campagne également à quelques semaines des élections européennes. Un moyen de diffuser de l'info. Un moyen de défendre une cause ou un projet, de se battre pour un idéal.

    Côté face, Facebook, ce sont des concours d'étalages de vie privée en ligne (le tout sans une once d'humour la plupart du temps : XY va se coucher, WZ se repose une demie-heure à l'hôtel...) et des contacts superficiels qui restent du domaine du virtuel la plupart du temps. Contacts qui peuvent néanmoins donner lieu à des échanges surprenants.

    Hier, après avoir écrit ceci sur son mur : "XX ne comprend pas les "faveurs" françaises aux étrangers au moment où, plus que jamais, nous aurions besoin d’une préférence nationale totale et d’une immigration zéro.", - statut que j'ai ponctué d'un "Glurps !" - XX change de statut et écrit :  "XX is entouré d’intolérants qui se croient tolérants…"...
    Le clavier m'a démangé....

    S'en est suivi l'échange de douceurs suivant :

    Karin Tourmente-Leroux :  tout dépend de la définition du mot intolérance !
    XX : Celle du dictionnaire, je n'ai pas la prétention d'inventer des définitions.
    KTL : Il s'agit alors peut-être de redéfinir les limites de la tolérance !
    XX : Et depuis quand la tolérance a t-elle des limites? Sincèrement, vous pensez vraiment ce que vous dites ou est-ce par simple volonté de contredire systématiquement?
    KTL : Si la tolérance n'a pas de limites, alors on accepte la xénophobie, l'homophobie, les génocides... On peut aller très loin en acceptant tout sous prétexte de tolérance ! :(
    XX : Ridicule, digne d'un militant du NPA... ;-)
    KTL : Le ridicule ne tue pas...
    XX : Heuresement

    XX a 22 ans... Laissons-lui le bénéfice du doute... Laissons faire le temps... Fougue et passion sont souvent le lot de la jeunesse (mais je les revendique également malgrè mes 20 années de plus que ce jeune chien fou).

    Et tout de même un grand bravo pour son "Heuresement" ! Autrement dit s'il tuait, je serais déjà six pieds sous terre... Mais XX, lui, a tout de même une mauvaise note en orthographe !

     

    NB : je crois qu'aujourd'hui, un peu dégoutée, je vais rester dans ma coquille... loin de face de bouc... en mode escargot !