Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fatigue

  • On avance !

    Fatigue ou mal à l'âme ? Peut-être l'alchimie des deux...
    Ce matin, je te pleure comme lorsqu'enfant j'avais perdue ma poupée Caroline. Mais tu étais là pour m'aider à la retrouver. Toujours là. Tu m'as donné cette force, cette envie de me battre contre vents et marée, cette fierté aussi. Aujourd'hui, je te pleure. Ce n'est pas Caroline qui me manque. Tu n'es pas là, Papa. Tu aurais 68 ans aujourdhui. On n'aurait mis que 17 bougies sur ton gâteau... et, à l'instar de ce que nous faisions toujours, nous t'aurions offert un cadeau en relation avec ce nombre de bougies !
    Allez, va... je ne sais pas si tu es au ciel derrière ces nuages qui s'entêtent à hanter notre Normandie. Mais, il faut que je retrouve le sourire : "La tête haute, ma fille !" comme tu aimais à me le dire ! "On avance !" Et le programme de ma journée va encore être bien dense : la politique, que tu m'a appris à aimer, est plus qu'occupante... et passionnante en ce moment ;o))