Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

journalisme

  • La prochaine fois, moi, je voterai pour... Superman !

    s.jpgDans la majorité présidentielle ? Oui, mais tout de même...
    V'là ti pas que le petit Nicolas s'est pris un coup de chaud hier en joggant... et du coup, ce matin, j'ai du prendre mon petit-déj' avec lui ! Pfff...
    Rien ne va plus. Mon petit-déj' pendant les vacances scolaires estivales, c'est sacré. Un rite. La tribu dort ou colmate devant un dessin animé. Moi, seule, dans la cuisine, lunettes sur le bout du nez, bouquin en main, sur la table miel, beurre, tartines et immense bol de thé, avec la radio en bruit de fond... histoire de ne pas oublier que la terre tourne carré, que d'autres ne se délectent pas de moments si gracieux...
    Et puis, là, ce matin, à la radio, y en a eu que pour le petit Nico ! Mais foutez-lui la paix ! Il a le droit d'avoir un petit coup de mou, le pauv'chéri ! Moi, j'avalais mon thé, en l'imaginant au fond de son lit, avec des machines qui font bip-bip partout, des tubes dans le nez, des perfs dans les deux bras,... Pire que dans Urgences... beurk....
    Mais surtout la presse a le droit ne ne pas nous rabattre les oreilles avec ce petit malaise de rien du tout ! Je sais - longue expérience journalistique oblige - que l'été on n'a pas grand chose à se mettre sous la dent dans les rédactions. Le moindre sursaut, le moindre tressaillement dans le monde nous fait vibrer.
    Oui,mais tout de même... mon thé orange canelle avec les spécialistes du malaise en fond sonore... bof de chez bof... je n'ai même pas pu me concentrer sur le pur "roman d'été" que j'essaie de terminer ! #}#&!!
    Et je vous parie trois cacahouètes, qu'à midi ou au diner, on va avoir droit, en long, en large et en travers, à la sortie de l'hosto du petit Nicolas ! #}#&!!
    La prochaine fois, moi, je voterai pour... Superman ! Lui, il ne doit pas faire de malaises, non ? Et zoup, en été 2012, je pourrai prendre tous  mes petit-déj' tranquilou-bilou !

  • Drôles d'envies, drôle d'idée

    1177227_vintage_alarm_clock.jpgDehors, le soleil est au rendez-vous. Ambiance estivale malgrè la fraicheur... Les enfants dorment encore... Petit-déj avec radio en fond sonore et roman d'été en main... Tranquillement.
    Dans un quart d'heure, je vais me mettre au boulot. Pas vraiment envie... Saturation. Saturation que j'ose avouer. Envie, drôle d'envie, qui me taraude chaque jour un peu plus de reprendre la plume ou ma voix pour me mettre au service des autres, pour les raconter... Vingt ans de carte de presse, ça ne s'oublie pas... La politique, c'est aussi se mettre au service de ses concitoyens, mais... sans le plaisir immense de l'écriture... J'aimerais tant conjuguer les deux. Chaque jour. Je dois pouvoir tout faire, puisque j'en ai envie !
    Drôles d'envies, comme celle de préparer conserves et confitures, petites salades colorées, glaces... à la plus grande surprise des enfants, devenus des habitués du "vite-fait bien fait, vive Picard" ! Prendre le temps, comme... il y a longtemps ! M'accorder une parenthèse pour leur donner un peu d'amour "culinaire" !
    Drôles d'envies, comme celle de bricoler, retaper une vieille chaise-longue, de m'y vautrer ensuite, sans rien faire... juste prendre le temps d'écouter les bruits de la maisonnée...
    Drôles d'envies, comme celle de ressortir toutes ces interviews que j'ai rangées dans un carton. Les réécouter pour les transcrire et parler de toutes ces personnes magiques que j'ai rencontrées aux quatre coins du monde... Mais où est ce carton magique ? Il faut que je le retrouve aujourd'hui. Je me souviens de chaque visage, de chaque histoire qu'elle se déroule dans les Alpes, en Russie, à Beyrouth ou dans la vallée d'Ossau. Je veux les partager à nouveau. Autrement...
    Drôle d'idée d'annoncer ici, juste comme ça, dans ce post sans queue ni tête, que je suis candidate à la candidature pour les prochaines élections régionales. Les listes ne seront sans doute pas connues avant l'automne... D'ici là, j'ai mille choses à faire et à savourer... pour eux, pour moi.