Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

maternel

  • Ma chaire...

    Je râle souvent après mes trois enfants... Je râle souvent après tout, d'ailleurs ! De la gestion de la France à celle de mon frigo... Je râle, je rouspète, je tempête ! Mais... je tremble aussi pour ces trois petits bouts. Je tremble dès qu'un quart de microbe qui les assaille. Je tremble dès qu'une mélancolie passagère s'affiche sur leurs visages. Et là, je tremble, mes tripes sont nouées... Ma petite dernière ne voulait pas aller à l'école cet après-midi. Je n'ai pas cédé. Et je l'ai vue, depuis ma voiture (vous savez, dans la pub de cette fameuse super voiture, à la télé, les parents chargent tous les bagages et oublient... leur bébé !), j'ai observé la cour de l'école. Ma Lolotte était là. Seule. Plantée par les instit's qui discutaient, à pleurer à chaud de larmes. Pas de câlins. Pas de consolation. Juste ses larmes. Et moi, depuis, je n'arrive à rien. Juste à essayer de canaliser cette envie d'envoyer une bonne vanne aux enseignantes à 16h30. Mais, je sais que je dois me taire. Pour le bien de ma fille. Pour préserver une certaine harmonie... Pas facile de la boucler quand on touche à ma chaire. Lien qui me surprend toujours. Lien charnel. Lien animal... A l'instar de celui de la lionne. Je dois élever mes petits pour qu'ils s'en aillent chasser ailleurs. Je dois leur donner les meilleurs conseils pour qu'ils s'en sortent. Mais je ne dois pas les surprotéger ! Dieu que j'aurais souvent envie de le faire pourtant... Cet amour sans limites, le dépassement de mes propres limites quand il s'agit de mes enfants m'étonnent toujours. Pourtant l'aîné va bientôt avoir onze ans. Je devrais m'y faire... Non ! Je ne veux pas m'y faire ! C'est si magique... et troublant à la fois. Mes trois "monstres" : du bonheur en kilos (et c'est peu dire, quand on voit la corpulence de n°1 et 3... n°2 tenant plus de l'allumette montée sur ressorts !).

    Ces mots, tout simplement, pour souhaiter à chacun et chacune de recevoir autant de ses enfants... Pour souhaiter à chacun et chacune de savoir donner sans bornes, même à des amis, à des copains... Pour souhaiter à chacun et chacune d'être encore ému par le sourire d'un clodo. Pour souhaiter à chacun et chacune de conserver une grande place à l'émerveillement et à l'espoir ! Pour souhaiter à chacun et chacune d'avoir l'utopie de changer la face du monde....