Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi

  • Ode au mercredi

    MERCREDI : huit lettres !
    Huit lettres bien fatigantes quand on les regarde le soir venu. Avec un certain soulagement de voir cette journée se terminer...
    Certes, avoir les monstres à la maison est agréable : le silence n'est plus le roi - en dehors des habituels coups de téléphones incessants. Je ne suis plus obligée de courir d'un étage  à l'autre ayant oublié mon portable dans le salon : les petits Zommes savent répondre "Bonjour Colin Leroux à l'appareil ! Vous souhaitez parler à Karin Tourmente-Leroux ? Je vous la passe."
    Certes, voir les monstres à la maison est agréable : la maison est plus que vivante entre les disputes et les "Maman, j'ai besoin d'aide : je ne comprend mon exercice !"
    Certes, ils me donnent des petits coups de main. Plein, même.

    Mais conjuguer le mercredi avec le boulot, c'est hard ! Etre concentrée sur ses dossiers, tout en mixant les légumes de la soupe est un exercice que je n'ose imaginer réalisé par un Zomme (un grand, même pas un de mes petits monstres...). Suivre une commande faite d'aller-retour incessants, tout en expliquant le pourquoi de la déforestation en France, pas si simple !

    Enfin, tout ça pour dire que mercredi tire à sa fin, les monstres allant rejoindre Morphée (enfin je l'espère... on n'est jamais à l'abri d'un cauchemard ou d'un "Maman, j'ai oublié de te faire signer ce papier")... Je vais pouvoir terminer mes dossiers... OUF !

    NB : Qui pourrait avoir la bonne idée de décréter le mercredi férié pour les Mamans ?

  • Juin ou octobre ?

    L'automne semble s'installer sur la Normandie...
    Le feu crépite chaque soir dans notre cheminée...
    Pourtant, les enfants ont la tête en vacances : les deux grands sont partis jouer dans un ruisseau (sous l'eau, enfouis dans leurs cirés, bottes aux pieds), tandis que la petite princesse colmate devant "l'âne Trotro". Instant de calme et de sérénité... Après une virée à la bibliothèque, on se fera un bon goûter, chocolat chaud à l'appui !
    Fort heureusement, je croule sous le boulot et n'ai pas donc vraiment le temps de m'appercevoir de la grisaille. Grisaille qui envahit peu à peu la tête des gens. Les cop's ne sont pas d'un optimisme tonitruant comme à l'habitude. Les habitants du village râlent après cette pluie continue qui fait pourrir fleurs et légumes dans nos jardins...
    Besoin indéniable de soleil et de joie ! Vivement l'été ! Le VRAI !

  • Journée avec le trio

    Mercredi = journée de Maman. Un peu de boulot tout de même ce matin, pendant que les deux plus petits bullaient et/ou se disputaient. Une heure de shopping (si on peut appeler ça du shopping, vue la diversité des magasins du coin !) avec le trio, puis retour at home. J'ai enfin pris le temps - toujours avec mes trois téléphones dans les poches, histoire d'ête joignable - de faire un tour dans mon jardin. Désolation, côté potager, où tout pourrit à cause des pluies violentes et denses de ces derniers jours... Les rosiers ont trinqué également. Sécateur en main j'ai oeuvré... puis ramassé, cette fois saladier en main, plus d'un kilo de framboises. Soirée confiture à l'horizon ! J'aime l'odeur qui envahit toute la maison lorsque les fruits cuisent...
    Pendant ce temps, n°1 s'essayait - avec succès - à la tonte de la pelouse pour la première fois afin de faire grossir le maigre pécule accumulé dans sa tirelire... Il en a bavé, mais je suis fière de son travail. Que le temps passe vite... je me revois l'accompagner en petite section de maternelle pour sa première journée d'école. Et là, du haut de ses onze ans, il va entrer en 4e... N°2 a lui chouiné tout l'après-midi : une des ses spécialités, jusqu'au moment où, escorté de la terrible n°3, il est allé jouer chez des voisins. Mes petits poussins grandissent, deviennent de plus en plus autonomes. Un jour, ils s'envoleront du nid ! Cela me réjouit et m'attriste à la fois de constater leur indépendance croissante. Me réjouit, car je vois l'utilité de mon "travail" quotidien et m'attriste car à qui pourrais-je, une fois envolés, inculquer mes valeurs ? Peut-être à mon chat qui s'obstine à n'en faire qu'à sa tête ! Et leur envol n'est pas pour tout de suite, Choupinette (qui rale dans son bain car elle a les mains "toutes vieilles" = peau plissée) n'a que quatre ans !
    Bonne soirée... Moi je vais tenter de jeter une oreille sur la radio pour avoir un résumé de l'actu politique du jour !
    A très bientôt !