Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

noël

  • Premier dimanche

    En ce premier dimanche de l'Avent, la maison a commencé à se parer de rouge et d'or, de bougies et de coeurs, de trolls et d'étoiles.
    En ce premier dimanche de l'Avent, Petite Chérie, notre petite dernière, m'a déclaré avec sérieux :
    - C'est joli la maison, Maman. Mais tu sais, moi je sais...
    - Que sais-tu mon ange ?
    - Je sais que le Père Noël, c'est toi et Papa !
    En ce premier dimanche de l'Avent, il n'y a plus que moi qui croit vraiment au Père Noël. A moi de me battre pour conserver cette magie, cette magnifique histoire d'amour entre mes enfants et l'imaginaire, entre nous et le rêve.

  • Une petite histoire de Noël tout de même

    - Parce que dehors il fait froid (il tombre de la neige fondue chez nous),
    - Parce que les Restaus du coeur craignent de ne pas avoir assez à donner cette année,
    - Parce que l'Inde vient d'augmenter son alerte terrorisme,
    - Parce que la Chine menace la France qui rendra les honneurs au Dalaï Lama,
    - Parce qu'il sont des milliers à ne pas avoir de maison,
    - Parce que, ce matin en allant à l'école, les yeux de ma petite dernière brillait en découvrant les lumières de Noël dans la ville,
    - Parce que les militants piaffent d'impatience et ne savent si nous partirons aux Européennes,
    - Parce que nombreux sont ceux qui ont besoin de s'évader de leur quotidien,

    - et parce que... rien, voici une petite histoire, pas du tout "politiquement correcte"... mais une petite histoire de Noël tout de même :

    Le Père Noël était dans un état second ! On était déjà le 24 décembre et rien ne tournait rond pour la grande fête qui se préparait. Les lutins, aides de camp dévoués du père Noël, faisaient grève et manifestaient pour l'amélioration de leur condition salariale. Les rennes chargés de tirer le traîneau étaient ivres morts après une soirée trop arrosée et pire, ils avaient raté un virage et complètement détruit le seul moyen de locomotion du patron.

    Le boss était vraiment furieux :
    - J'arrive pas à le croire. Des lutins en colère, des rennes saouls comme des cochons et l'ange que j'ai envoyé me chercher un arbre de Noël dans la forêt qui ne revient pas !

    À ce moment précis, un petit ange entra dans la demeure du Père Noël et s'adressa au colérique personnage :
    - Hé Papa Noël, où tu veux que je le mette le sapin au juste ?
    Furibond, le Père Noël se retourna et hurla :
    - Tu sais où tu peux te le mettre le sapin ?

    Et de cette journée fort mauvaise naquit la joyeuse tradition du petit ange perché au sommet du sapin de Noël.

    NB : nous, on met une étoile en haut du sapin !

  • Tout en vrac et patatrac (suite)

    Bon, rien de spécial à raconter : boulot, boulot et reboulot... ponctué de rires d'enfants et de bagarres tribales !
    Je poursuis ma grève d'autorité... Les deux grands ont l'air de s'y faire, prenant leurs responsabilités ! Mes cordes vocales s'en portent mieux. Même si ce soir j'ai dû faire une entorse à ma nouvelle ligne de conduite, car les trois petits monstres se livraient à une guerre sans nom, à grand coup d'injures "monstrueuses" durant leur dîner...

    Personne ne dort, alors qu'il est bientôt 22h. Pas évident de tirer un trait sur le rythme des vacances. Madeleine me parle depuis sa chambre : elle attend Noël, ne sait plus si "ssa va d'abord être Pâques puis Noël". "Il faut que je prenne deux paquets de moussoirs pour aller à l'école si ma dent* tombe à l'école. Et comment veux-tu que ze dorme car ma dent rissssque de tomber pendant que ze dors et ze vais l'avaler et la petite souris ne trouvera rien ?" Et blabla et reblabla... Un vrai moulin à paroles ! Les garçons doivent être en train de raconter leur journée à Cher et Tendre qui vient de rentrer. Dîner en amoureux ce soir pour nos 15 ans de mariage ! Au menu ? Euh... je n'ai pas vraiment eu le temps de faire mieux que... croque-monsieur et salade verte. No coment, merci !
    Je vous laisse avec cette petite tranche de vie et je vais enfin... dîner, la conscience tranquille (je viens de boucler tous mes dossiers job) et l'estomac dans les talons !

    * la deuxième