Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pcb

  • Pas de liberté d'expression pour l'élue que je suis

    Il est une des libertés à laquelle j'accorde plus d'importance que toute autre : LA LIBERTE D'EXPRESSION !

    Ce soir je viens de découvrir qu'elle n'est pas la priorité de tous... Loin s'en faut ! Pas de liberté d'expression pour une élue d'un conseil municipal dans un village de l'Eure. Pas de liberté d'expression pour l'élue que je suis à la Chapelle-Réanville !

    Certes, on m'avait déjà gentillement invitée à ne pas évoquer sur ce blog mes états d'âme à propos de certains dossiers du village. J'avais - à contre-coeur, mais pensant jouer la carte de l'intégration dans une équipe municipale - obtempéré.

    Il y a une semaine, confrontée à un problème de santé publique - pollution à la dioxine et au pcb - dans mon village, j'ai eu le culot de créer un collectif d'habitants. J'en ai avisé le maire par téléphone, lui expliquant qu'une institution telle qu'une mairie d'un petit village aurait plus de poids avec le soutien d'un collectif.
    J'ai également informé les autorités départementales de l'existence de collectif, et hier nous nous retrouvions autour d'une table pour discuter du dossier - mais la mairie n'avait pas été invitée ! Jamais, au grand jamais, je n'ai avancé ma casquette d'élue dans cette affaire. Je suis toujours intervenue en tant que porte-parole du collectif ! Et ce soir je reçois un mail surprenant d'un membre du conseil municipal.

    Extrait :

    En tant conseiller je refuse de participer à un collectif et d'entretenir ainsi une confusion des genres : mairie <-----> collectif.
    Ce qui ne doit pas t'empêcher de faire tes propres choix. Et j'ai peur que si la démarche du collectif continue il te faille faire ce choix. Continuer à mairie ou (je dis bien ou et pas et), donc ou au collectif et dans ce dernier cas te mettre en sommeil de la mairie.
     
    Pourquoi est-ce que je dis ça ?
    1)    Parce des gens peuvent s'interroger sur cette double appartenance,
    2)    Parce que les actions ne sont pas coordonnées,
    3)    Parce que aujourd'hui tu n'as pas - à ma connaissance - de mandat sur ce dossier pour parler au nom de la mairie,
    4)    Parce que les actions du collectif sont de sa responsabilité et ne peuvent en aucun cas engager la mairie.
    5)    Parce qu'il est indispensable au niveau de la mairie de n'émettre que des informations fiables et contrôlées.

    Quand au contenu du C/R, et voici pourquoi il serait bon que ce soit la mairie qui pilote ces initiatives et pas l'inverse, j'ai certaines remarques à faire.
     
    a)    c'est très bien d'avoir eu cette réunion avec les services de la préfecture mais pourquoi y aller seule.
    b)    je ne vois nul part le fait que la mairie y ait participé. Personnellement je le déplore fortement.
    c)    Je trouve déplorable que la préfecture fasse "le point" d'un sujet comme celui-ci avec une association (c'est vrai que ça, tu n'y peux rien) sans chercher à en informer la mairie avant alors qu'il me semble que son interlocuteur naturel (au sens administratif et sanitaire du terme) est d'ABORD la mairie.

    Oups ! Il est pas content le monsieur... Pas content du tout après moi ! Et compte-tenu des entretiens téléphoniques avec d'autres élus que j'ai eu depuis, il n'est pas le seul...

    Mais au fait... ça veut dire quoi "te mettre en sommeil" ?