Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ponceuse

  • De l'influence de la télévision...

    de l'influence de la télévision, donc, sur.... Moooooooa !
    Pour tout vous dire, un soir, j'ai bétement été vampirisée par le petit écran (une fois encore !). Petit écran sur lequel était diffusée une émission de déco. Concept débilisant de l'émission : une équipe vient relooker votre intérieur en une semaine. Pourquoi débilisant ? Parce que je détesterais qu'une bande de sapajous s'attaquent à mon chez moi, à mon nid douillet, à mon antre ! Non, mais comme si on ne pouvait pas avoir une casba sympa et chaleureuse sans l'intervention de ces gugusses ! Moi, je me débrouille... Avec un pied d'appareil photo ancien, je fais une lampe. Une goutte d'imagination, un soupçon de bon sens, une larme de goût et hop ! le tour est joué.
    Donc, dans cette émission, la nana encourageait le propriétaire des lieux à poncer un meuble pour pouvoir ensuite le repeindre dans une couleur "plus fun". Un simple petit coup de papier de verre avec un peu d'huile de coude, et la table était bonne à recevoir un mauve des plus mauvais goûts (je n'apprécie pas du tout cette couleur, qui n'a rien de franc !).
    Forte de  cette expérience télévisée, j'ai décidé de faire plaisir à mon n°1 - parti avec le reste de la tribu chez Grand-Maman, afin de profiter des derniers jours de vacances sans une mère un peu speed sur le dos - et de repeindre son bureau en bleu ! Et oui, mon aîné veut une chambre années 70. Encore un défi à relever quand on sait que l'ameublement de sa chambre est constitué du bureau que Cher et tendre avait quand il était ado, d'un meuble à tiroirs ikéa des plus classiques, et d'une mezzanine dont on a coupé les pieds pour en faire un "lit normal" !
    Papier de verre en main, j'ai gratté, frotté, frotté, gratté. Passé un coup d'éponge pour enlever la sciure.... Résultat : boooofff ! Le bureau semblait me narguer, n'ayant pas changé d'un iota. Un peu en colère, j'ai mis la main sur la ponceuse de Cher et tendre. Là, le résultat fut plus concluant ! Mais pour l'instant je suis en grève technique : le disque est usé et.... c'est Cher et tendre qui l'a vissé. Donc il est indévissable !
    Dès que Cher et tendre rentre de la capitale, après sa journée de boulot, je vais lui tendre la ponceuse avec un tourne-vis et ainsi pouvoir aller respirer à plein nez la sciure qui volète partout... m'en fous d'ailleurs de la sciure : je ne sens rien, car j'ai un "rhube" !
    Bonne soirée.... avec ou sans ponceuse !