Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

poule

  • Pas de quoi en faire des montagnes !

    Retour d'école, aux alentours de 17 heures. Surprise ! Dans le jardin, l'un de nos poules... N°2 l'atrappe et s'en va d'un pas tranquille vers le poulailler, suivi de n°3 qui lui prodigue des conseils en matière de port de poules.
    "Fais attention à ne pas la serrer trop fort !" "Non, pas comme ça, elle va te piquer"... Ma fille est devenue une vraie rurale, limite "plouquette" (!).
    Mes deux juniors reviennent du poulailler, affichant des visages "de circonstances".
    N°2  : "Maman, il y a un blem... L'autre poule est morte !"
    N°3 : "Oui et vraiment morte, Colin m'a dit qu'elle est toute raide ! Et elle a la tête 'couic' en bas..."
    A coup de béquilles, je vais donc, au fond du jardin, constater le décés de cette brave pondeuse... me triturant les neurones sur les réactions des enfants, une fois la mort de ce volatile avérée...
    - Qui va chercher un sac poubelle ?
    - Pour quoi faire ? m'interroge l'aîné des juniors.
    - Pour la jeter ! répond Schroumphette... On va pas la manger, puisqu'elle la tête qui est en bas ! - je ne comprends pas le rapport mais n'insiste pas, étonnée du sang froid de n°3.

    Un cadavre... Madeleine a bien envie de voir ça de plus près... "Ouahou... Regarde Maman, elle a les yeux tous blancs... Et elle a le corps tout raide... On dirait une poule morte dans un film... C'est trop beau ses yeux tous blancs."

    La poulette ayant rejoint la benne à ordures, nous partageons un gouter bien mérité.
    Et n°3 de commenter une fois de plus "Oh, j'espère que c'est pas la poule qui pond qui est morte !" - oui... sur deux poules une seule produisait jusqu'à aujourd'hui un oeuf quotidien, mais comme on ne savait pas laquelle faisait grêve, aucune n'a terminé entourée de carottes et autres petits légumes... -
    Et n°2 : "Oh, puis c'est qu'une poule ! Notre chat va bien, alors tout va bien !"

    Comme quoi, parfois, souvent, trop souvent, on se triture le cerveau dans tous les sens, craignant le pire pour nos petits chéris... et il n'y a pas de quoi en faire des montagnes ! ;)

  • Action - Réaction !

    Passer de marmotte déprimant à action-réaction : voilà ma résolution du jour... ou plus justement de l'après-midi, après de longues heures passées allongée - jambe gauche en l'air because toujours plâtrée - !
    Se morfondre, s'auto-lamenter... c'est pas si désagréable ! C'est pas trop compliqué à faire ! C'est même confortable par moments... Broyer du gris pour faire comme tout le monde. Se plaindre pour se faire plaindre...
    Mais ce n'est pas moi, ça ! Cela a trop duré...
    Donc, décidée à sortir de ma létargie et de profiter des rayons du soleil qui illuminait ma campagne normande, cet après-midi, j'ai décidé d'aller jardiner !
    poule1.jpgPremier objectif : s'équiper ! Ayant l'obligation de prendre deux béquilles, je ne dispose pas de mes mains... Tablier de jardinière obligatoire pour caler mon sécateur et ma pelle. Chaise d'enfant coincée dans un des "manches" d'une béquille, je me suis rendue dans mon jardin. Objectif : planter un bulbe d'iris et tailler un arbuste. La transhumance fut lente, mais... réussie ! Une fois sur place, les fesses coincées dans ce petite fauteuil en plastique - qui d'habitude accueille le céleste popotin de ma schtroumphette âgée de 6 ans -, j'ai pris mon sécateur. Observation de l'arbuste... Le gel l'a fait souffrir... Je vais tailler les petites branches mortes. Et là... Éclair ! J'ai compris... Je suis comme cet arbuste... Il faut que je prenne un sécateur et que j'élimine tout ce qui peut ralentir ma croissance, mon avancée, mon évolution vers un état serein... A chaque branche coupée, je me sentais revivre, retrouver cet allant qui est le mien d'habitude, cette combativité... Du coup, j'ai même réussi à "courir" sur une patte et deux béquilles, après mes poules qui avaient décidé d'explorer le jardin plutôt que de rester cloîtrer dans leur poulailler...
    Ai-je bien fait ? Car finalement, ces pauvres poulettes vivent depuis qu'elles sont chez nous ce que j'ai vécu quelques jours... : rester cloîtrer sans pouvoir bouger ni rêver d'ailleurs et d'autre chose ! Je crois que je vais leur octroyer régulièrement des petites ballades... histoire de leur permettre de rebooster leur moral ! lol

    Suis tout de même un peu beaucoup KO après ces exploits... Ce soir, je vais donc me coucher... avec les poules ! ;o)