Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

présidentielles

  • bayrou.fr et les femmes

    Je viens d'aller sur le tout nouveau site de campagne de François Bayrou : www.bayrou.fr. Dans la rubrique Propositions, j'ai cherché deux mots : femmes et parité. En vain... dommage ! Bon, je dois vous avouer que je suis un peu à côté de la plaque aujourd'hui, alors... J'ai rechaussé mes lunettes. Toujours rien à ces mots... Puis soulagement... En scrutant de près la liste, j'ai trouvé : condition féminine. Et en cliquant dessus, le texte suivant :

    « Priorité aux femmes »

    14 décembre 2006

    Les femmes assument souvent deux vies en même temps : familiale et professionnelle. D’autres se retrouvent complètement seules à "tout porter". Il y a enfin celles qui sont victimes, qui se taisent : François Bayrou s’engage à les aider.

    « Je veux parler de la vie des femmes, et notamment de cette contrainte que représente le fait d'avoir, très souvent, deux vies en même temps. Même si cela va mieux, même si les tâches familiales et professionnelles sont mieux équilibrées, les femmes portent toujours une très grande part de la responsabilité de la famille.

    Je veux en parler avec elles : du travail précaire, des CDD, des temps de travail à 20 heures, des emplois du temps que cela représente, avec leur vie personnelle et leurs charges de famille…

    C'est un très grand enjeu que l'équilibre à trouver autour de la condition de la femme. Salaires inférieurs d'un tiers à ceux des hommes, exigences plus grandes de la part des employeurs, fragilité qu'elles ressentent parce qu'elles se retrouvent souvent seules. Tout ceci est lourd à porter.

    Les femmes sont trop souvent victimes de violences, dans les cités en particulier : il faut qu’elles prennent les choses en main et fassent entendre leurs voix. Quand nous avons appris l'épouvantable drame de cette jeune fille transformée en torche vivante dans un bus incendié par des criminels dans la banlieue de Marseille, je me suis dit qu’un jour viendrait où il y aurait une révolution des femmes dans les quartiers. Et j’aiderai de toutes mes forces cette révolution des femmes pour sortir les banlieues du drame.

    Etre femme aujourd’hui, c’est aussi, parfois, être confrontée à la violence conjugale. La violence conjugale, c’est l’enfer. Pour les femmes, parce que leur foyer devrait être un lieu de paix et de protection, et qu’il devient le lieu de l’humiliation et des coups ; pour les enfants, dont la vie est brisée par ce qu’ils voient et ce qu’ils entendent. Il faut en parler davantage pour que les femmes échappent à la honte injuste qu’elles ressentent. Pour qu’elles parlent.

    Pour lutter contre la violence conjugale, je propose une loi-cadre, qui développerait l’information, y compris par la télévision. Je veux aussi accroître le nombre et la qualité des structures d’accueil des femmes et des enfants. Renforcer la veille sociale. Donner à la justice les moyens de sanctionner le coupable et de l’éloigner du domicile. »

    A vous de commenter... vous pouvez le faire ici, mais également sur le site de François Bayrou : http://www.bayrou.fr/propositions/femmes.html

    Moi je trouve que c'est un petit peu pas assez (voir mon commentaire sur le dit site) !

  • Pourquoi ?

    Pourquoi ne jamais être satisfait de ce que l'on a ?
    Pourquoi vouloir toujours autre chose ?
    Pourquoi vouloir toujours mieux ?
    Pour mon pays.
    Pour eux.
    Pour moi.

  • Etre heureux...

    Alors que chacun pense péniblement à la reprise du boulot (pour moi il n'y a pas eu coupure, donc pas souffrance de reprise !), à la rentrée scolaire,etc., je livre à vos commentaires, une phrase de Françoise Giroud...

    "Le devoir maintenant, c'est d'être heureux. De plus beau programme il n'y en a pas. Mais il devient urgent de commencer à enseigner dans les écoles comment on y parvient."

    Citation qui pourrait être, à elle seule, l'objet d'un programme politique, non ? Il faudrait alors, peut-être, faire de la politique autrement...

    A vos claviers et vos souris...