Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

régionales

  • Lettre à un ami

    Je suis rincée, fatiguée, mais droite dans mes bottes. Fière... Je serai 12e sur la liste Majorité présidentielle de l'Eure. Pas plus haut ? Et alors !?
    Tant pis pour les sourires des petits barons que je devrais affronter. Je saurai leur répondre, car à l'humanisme que je défends, ils ont préféré leur honneur, leurs mandats, leurs... Centriste de droite, je suis. Centriste de droite, je resterai... malgrè les coups bas, malgrè les coups de poings, malgrè... Mais cette lettre n'a pas pour objet de te parler de mon nombril ni de mon ego. Juste des autres. De toutes ces personnes que j'ai longuement eu, ces dernières semaines au téléphone. Ces personnes : essentiellemnt des femmes. Réseau de Femmes au Centre oblige, sans doute !

    De longues et nombreuses soirées passées à les encourager. "Vous ne devez pas baisser les bras !" "Nous devons ensemble nous battre pour la société dont nous rêvons pour nos enfants et nos petits-enfants !"... J'ai passé des heures à les écouter, à sécher des larmes. Et j'ai compris... Toutes, nous ne sommes pas des hommes politiques ! Nous sommes des femmes. Des femmes encore peu nombreuses sur la scène politique. Encore peu nombreuses à oser nous investire et à tenter de jongler encore boulot, famille et politique !

    Nous sommes des femmes et vous l'avez oublié. Des femmes qui ne savent pas, tels des mecs, compartimenter. Pas vivre avec une carapace. Des femmes qui ne peuvent dissocier leur engagement de leurs vies. Car si la politique est dans nos tripes, car si se battre pour un idéal est indissociable de nos vies, chaque jour, nous bravons les embûches pour nos enfants, nous jonglons entre 3 ou 4 emplois du temps... Ces tous ne font qu'un. Ces tous, ce sont nous... Or ces derniers jours, vous nous avez regardées, considéréees comme des hommes politiques ! Je crois qu'en leurs noms, je peux affirmer que nous ne sommes pas des femmes déguisées en hommes politiques. Juste des femmes politiques - ou des femmes engagées en politique si tu le préfères ! - avec  nos sensibilités, nos fiertés, nos larmes, nos états d'âme... Nous sommes des Hommes commes les autres, mais ne nous demandez pas de nous transformer en mec !

    Amicalement 

  • NON ! Je ne plierai pas...

    n854229247_7454.jpgLe mois de janvier est interminable... Trop long. Trop fatigant. Trop ponctué de larmes, de nuits blanches, d'interrogations.
    Puis, toujours, cette petite lumière qui se rallume, cette petite voix qui me dit "Tu ne dois pas abandonner ! Tu ne peux pas te résigner ! Tu ne dois pas les laisser gagner !"
    Les ? Mais qui sont-ils ? Ceux qui cherchent par tous les moyens à me faire abandonner mon idéal... Ceux qui veulent me faire plier aux desiderata de petites baronnies... ou pseudo baronnies qui croient détenir le pouvoir suprème ! Ceux qui brandissent leurs minuscules expériences, bafouant les règles du jeu, négligeant l'amour des autres, snobant l'écoute, dédaignant l'humanisme ! Ceux qui, forts de leurs petits trônes loin des hautes sphères, rêvent de me faire baisser le poing !

    NON ! Je ne plierai pas... "Je suis comme je suis, je suis faite comme ça"... Les premiers vers d'un poème de Prévert que j'adore. J'en vois d'ici rire sous cape... "Elle nous cite un poème qui n'est autre que la plaidoirie d'une prostituée !"

    Dites ce qu'il vous plaira... Je ne vendrai pas mon âme ! Je ne vendrai pas mon idéal ! Je continuerai malgrè vos mots et vos coups bas, vos croche-pieds... Plus vous tapez, plus vous me donnez l'envie d'avancer, de me battre ! Me battre pour celles et ceux qui méritent le respect, pour celles et ceux qui ont besoin d'être épaulés,...

    Vous m'avez fait des bleus à l'âme (car moi j'ai une petite âme cachée quelque part...), mais vous ne m'avez pas décapitée !
    Vous m'avez fait des bleus à l'âme, mais vous ne m'avez pas enlevé mon envie de "faire bouger les lignes", de donner à chacun, un jour, les moyens de rires des petits barons qui n'osent pas... Un jour... sans doute très vite... Car avec tous vos coups, j'ai découvert que j'ai plus de force que je ne croyais !

  • Discours d'une folle ?

    Nous voilà déjà au 15 septembre... Les journées se sont enchainées sans que je trouve deux minutes pour poser pied. Conjuguer les emplois du temps de mes trois "monstres" avec celui de Cher et Tendre, le mien. Sans oublier mon mandat d'élue et la pré-campagne des régionales... Jongler entre taf, engagements, lycée, collège et primaire : cela relève du grand art ! lol Le tout en essayant de préserver chacun... Le tout sans baisser les bras, en arborant un sourire confiant !
    "Pas de soucis les enfants, on va y arriver ! Toi, tu as fais tes devoirs ? Non, je n'ai pas les éléments concernant ce dosssier. S'il vous plait éviter de transformer la salle de bains en pataugeoire ! Oui, je connais cet élu qui a l'air très sympa ! Ok, ce soir c'est la fête : ... c'est dîner Corn Flakes !"
    Discours d'une folle ? Pas tout à fait... Ou pas encore ! Juste quelques phrases... le soir, quand la tribu est rentrée... et que le boulot continue !
    Etre sur tous les fronts... mais trouver le moyen de respirer ! Cette course n'a rien pour me déplaire... mais parfois je m'interroge... tout en découvrant toujours que mes limites ne sont pas celles que je crois : je peux aller plus loin.
    Plus loin par exemple, en lançant avec quelques autres femmes - et quelques hommes encore rares ! - un groupe de travail sur l'évolution de la place de la femme dans la société et ses libertés ! On a du boulot ! Dès que tout sera bien cadré, je vous le présenterai ! Promis !
    oups... je file ! Direction : l'école. C'est "l'heure des Mamans" !