Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

terre

  • Mes racines sont là !

    eure.jpgEn cette période de précampagne électorale, les tractations politiques sont de mise… Négociations et parachutages sont légion.

    Ce matin, après avoir déposé mes enfants à l’école, je regardais la campagne environnante. Certes, je ne suis pas née en Normandie, mais ô combien je suis attachée à ces terres. Enfant, j’ai passé combien d’été dans ce département ? Je ne saurai les compter. Etés au cours desquels nous sillonnions la campagne à vélo. Après-midis de bonheur où  une bande de cousins venus des quatre coins de l’Europe allait à la ferme chercher le lait… On en profitait pour en boire "du tout chaud tout frais". Expéditions – car il s’agissait bien d’expéditions ! – pour aller pêcher, près du pont de fer, dans l’Iton. Retours toujours glorieux et joyeux, même si seuls deux petits goujons  tentaient de survivre au fond de notre nasse. Fous rires à enjamber les bouses quand nous nous aventurions dans un champ peuplé de vaches normandes – les vraies, pas les noires et blanches d’aujourd’hui - . Courses poursuites dans les champs de maïs…

    Mes racines sont là. Petite-fille de Normand et fière de l’être, j’aime ces terres qui sont les miennes. J’aime ce temps – même si parfois je peste après le "trop de pluie" ! -. J’aime ces cieux jamais égalés qui ont charmé les impressionnistes et m’enchantent par leur diversité. J’aime toucher cette terre parfois trop lourde et trop humide. J’aime ces gueules croisées sur les petites routes de l’Eure : un agriculteur au volant de son tracteur, une grand-mère qui accompagne les vaches au champs, un cavalier qui longe nos champs bordés de barrières blanches…

    Mes racines sont là ! Ô combien j’aurais mal d’être enlevée à ces terres, sous prétexte de tractations politiques, pour me retrouver ailleurs, loin d’ici… Et ce, même si je me revendique également européenne et fille du monde !

    Avec toute mon amitié à Brigitte Fouré.

  • 13 lunes

    Si vous voulez comprendre comment tourne notre bonne vieille planète, allez donc faire un tour au marché ! L'occasion de discuter, de rencontrer des maraichers, des gens qui vivent de et avec la Terre. C'est ce que j'ai fait ce matin...
    Et hop ! j'ai tout compris des nuages et de la grisaille qui sont notre lot quotidien. Cette année, il n'y aura pas 12 lunes (pleines je suppose), mais 13. Et hop, c'est donc le souk côté météo ! Car les années en treize lunes, il ne fait beau que les mois en A : Avril et Août... Super, le mois de juillet tire à sa fin. On va se gorger de soleil en août afin de se blinder pour une fin d'année qui ne risque pas d'être mieux côté météo que ce que l'on vient de vivre ces deux derniers mois.
    Comme quoi, faire un tour au marché, hormis la fraicheur des fruits et légumes, ça a plus que du bon !
    Vive l'été ! Vive les maraîchers ! Vive notre bonne vieille planète qui ne tourne pas si rond que ça !

    NB : un petit mot de politique : le Nouveau Centre tiendra ses journées parlementaires le 27 septembre prochain : YES !